Ces chaines françaises qui se déchaînent contre l'Algérie.

 

On a  vu ces derniers jours, au fort de la campagne électorale pour la présidentielle 2019, le déchaînement sans précédent de certaines chaînes françaises, notamment France24, qui s'acharnent à faire de ce rendez-vous crucial de l'Algérie une occasion pour semer la haine et la discorde entre les algériens. 

Cette campagne médiatique féroce et pernicieuses, menées par ces chaînes à visées subversives, arrimées à des chapelles politiques et sécuritaires connues, s'apparentent à une stratégie de guerre déclarée, menée contre l'Algérie à partir de l'hexagone.
Ces pseudos chaînes d'information en continu se relaient à faire croire, à l'opinion internationale et même locale, que les élections présidentielles en Algérie sont entachées d'irrégularités et n'emportent pas l'adhésion de la population.

Sur injonctions des hautes autorités de l'état français et notamment du Quai d'Orsay, ces chaînes de télévision malsaines, qui cherchent à propager la haine et le chaos en Algérie, ne cessent d'inviter, à leurs plateaux de commérages collectif, les plus polémiques des énergumènes, présentés comme d'éminents spécialistes de l'Algérie, tels les Zitout, Mouvement Rachad, Le MAK. 

Elles s'attèlent à focaliser l'opinion sur des agitateurs qu'elles manient à volonté et qui dénient à leurs concitoyens le droit élémentaire de vote. 

 Pire encore, elles incitent sournoisement la population paisible d'une région historiquement sensible de l'Algérie qui est la Kabylie à la rébellion.

En effet, la France coloniale et post-coloniale a toujours fait de la Kabylie et de certains séparato-fascistes issus de cette région son cheval de Troie pour ses velléités de déstabilisation de l'Algérie. 
Le régime discriminatoire de l'indigénat et l'ère des sous-fifres sont révolus à jamais dans l'Algérie nouvelle  post-scrutin présidentiel 2019.

 

 

Albert Farhat 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.