Scandale libanais impliquant des sociétés d’avocats charognards.

Dans des informations privées obtenues de source crédible,  que certaines des sociétés d'avocats qui suivent l'actualité des pays qui pourraient être en faillite ou en défaut de paiement de leurs obligations,  ont envoyé des émissaires  à Beyrouth il y a plusieurs mois pour explorer la situation financière, et la tâche de ces charognards  est de pousser vers le non-respect par l'État de ses obligations,  Pour ce faire, ils continuent de financer et de financer des personnalités politiques et médiatiques et des analystes politiques et économiques qui commercialisent pour le compte de ces entreprises, un patriotisme national apparent et, au sein de celles-ci, la réalisation des objectifs de ces entreprises. Ils les aident à mener à bien leur mission. L'objectif est que ces sociétés achètent des obligations à des prix bon marché afin d'obtenir des sommes importantes grâce aux avantages qu'elles imposeront à l'État débiteur et la possibilité de réserver tout ce que l'État possède par le biais du système judiciaire international. Ces sociétés vivent sur les cadavres de pays exposés ou susceptibles d'être exposés. En cas de faillite ou de défaut, ils sont connus comme des charognards qui mangent des cadavres.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.