albinos
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2011

La situation actuelle des bédouins arabes du Néguev

albinos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Max Blumenthal
© Max Blumenthal

La situation actuelle des bédouins arabes du Néguev (Naqab)

Le Néguev, ou Naqab en arabe, abrite une population de Bédouins estimée à 160 000 personnes. Ces bédouins ont parcouru le désert du Néguev pendant des siècles.

La société bédouine traditionnelle était très hiérarchisée et divisée en tribus.

Chaque tribu avait son propre territoire dans le désert. Les tribus y menaient une vie semi-nomade, élevant du bétail et cultivant la terre. Un village était occupé durant l’été et un autre durant l’hiver afin que les animaux puissent trouver suffisamment de quoi paître.

Nombre d’entre eux vivent aujourd’hui dans une situation précaire, 60 ans après avoir été déplacés de leurs terres à la suite de la création de l’Etat d’Israël.

Aujourd’hui, environ la moitié des Bédouins ont été sédentarisés de force dans des villages construits par le gouvernement israélien.

L’autre moitié persiste à vivre selon le mode semi-nomade traditionnel dans environ 45 villages que les autorités israéliennes ont déclarés illégaux et qui n’apparaissent pas sur les cartes.

Ces villages non reconnus ne bénéficient pratiquement d’aucun service public : pas de transports publics, pas de routes, pas d’accès aux réseaux d’eau et d’électricité, peu d’établissements scolaires ou de santé… Ces villages non reconnus se trouvent à quelques minutes d’autoroutes modernes. Ils frappent par leur pauvreté. On trouve des restes de maisons démolies dans la plupart des villages, les autorités les démolissent parce que leurs habitants n’ont pas obtenu de permis de construire, même s’ils vivaient parfois sur place depuis des décennies.

Quelques maisons et fermes isolées [qui appartiennent à des citoyens israéliens juifs] certains bâtiments qui hébergent des communautés de confession juive dans le désert, sont pourtant connectés aux réseaux d’eau et d’électricité… Ces constructions ne disposent pourtant pas non plus de permis de construire.

Les constructions juives illégales sont rarement détruites, tandis que les maisons bédouines sont systématiquement prises pour cible par les autorités.

Pourtant les Bédouins sont citoyens israéliens. Les autorités israéliennes qualifient le Néguev (Naqab) de “terre morte” en s’appuyant sur une vieille loi ottomane des années 1820. En pratique, cela signifie que les Bédouins actuels ne peuvent pas revendiquer la propriété de terres que leurs familles utilisent depuis des siècles et obtenir de permis de construire.

Les familles arabes Bédouines vivent dans la peur perpétuelle que leurs maisons ne soient démolies. Elles sont pourtant réticentes à quitter leur terre et reconstruisent leurs abris de fortune même après qu’ils aient été démolis plusieurs fois.

Quelques associations de Défense des Droits de l’Homme tentent d’aider les Bédouins arabes à faire valoir leurs droits à la propriété, au logement, à la santé, à la culture, à l’éducation…

Un exemple du comportement du gouvernement démocratique israélien face à un « peuple libre » :

http://www.youtube.com/watch?v=Rud19ytcPS8&feature=related

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart