Souvenons-nous de la Commune (1871-2016)

Ce Vendredi 18 Mars sera l’occasion de célébrer la naissance de la Commune de Paris. Il y a 145 ans, le drapeau rouge fut dressé sur la ville et une expérience inestimable débuta. Ceci est est l’occasion pour nous de commémorer La commune, mais pas seulement, il faut aussi que l’on se reconnaisse dans cette révolte, que l’on y trouve notre reflet.

Ce Vendredi 18 Mars sera l’occasion de célébrer la naissance de la Commune de Paris. Il y a 145 ans, le drapeau rouge fut dresser sur la ville et une expérience inestimable débuta. Une expérience qui inspirera les mouvements prolétaires et révolutionnaires à venir dans le monde entier. Une expérience qui reste l’expression même de la liberté du peuple face à ces tyrans et ces oppresseurs. Ceci est l’occasion pour nous de commémorer La Commune, mais pas seulement, il faut aussi que l’on se reconnaisse dans cette révolte, que l’on y trouve notre reflet.

La Commune, à travers ses fils et filles qui sont tombés pour elle, symbolise la totale indépendance du peuple, elle est le témoignage que celui-ci est maître de sa propre libération. En Mars 1871 aucun « parti prolétaire » ne demanda au peuple Parisien de se révolter, aucune centrale syndicale ne décréta qu’il fallait défendre les canons de Montmartre et de Belleville quand le gouvernement de Thiers voulu les confisquer. Les femmes et habitants de ces quartiers fut maîtresses et maîtres de leurs destins. Ils choisirent d’écrire l’histoire avec celui-ci. Ce jour-là, le peuple pris conscience de son existence et s’émancipa par cela-même.

Souvent les masses tombent dans la passivité et l’oubli, et n’ont plus conscience de l’immensité de leur pouvoir. Il suffit d’un choc pour qu’elles se réveillent. Un simple déclencheur, tel La loi El-Khomri aujourd’hui, peut suffire à ce que la classe ouvrière, les étudiants, les retraités, les chômeurs, les immigrés et toutes les classes opprimées de la société, se retrouvant uni en résistance, prennent conscience de leur existence historique en tant que peuple. Dès qu’il a cette réalisation il prend conscience de son pouvoir, de la force de son unité, il devient sa propre avant-guarde.

Les manifestations de ce 9 Mars on éveiller dans beaucoup ce sentiment d’appartenance au peuple, et sa puissance est déjà redoutée par l’appareil d’état alors qu’il n’est encore que dans un réveil précoce. Tel la Commune, personne n’a dit ce qui devait être fait ou comment agir pour résister, la France c’est levée de son plein gré, les organisations politique et syndicale n’ont fait que suivre. C’est ce peuple indépendant et rebelle qui doit se reconnaitre dans la résistance communarde, celui qui ne peut exister que dans la rue, dans sa résistance. Il n’y a de meilleurs façon de célébré 1871 qu’en redevenant libre, qu’en redevenant peuple. Faisons honneur aux 145 de la Commune de Paris.

 

Vive la Commune, Vive le Drapeau Rouge !

Vive la Révolution Sociale!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.