Point de vue sur les événements du capitole

Ce début d’année 2021 plusieurs milliers des supporters les plus convaincus de Trump se sont réunis à Washington pour protester contre la confirmation présidentielle de Joe Biden, des centaines d’entre eux ont fini par envahir le Congrès des Etats-Unis, une action qui malgré son exécution chaotique était le résultat d’une préparation et agitation importante.

Ce début d’année 2021 plusieurs milliers des supporters les plus convaincus de Trump se sont réunis à Washington pour protester contre la confirmation présidentielle de Joe Biden, des centaines d’entre eux ont fini par envahir le Congrès des Etats-Unis, une action qui malgré son exécution chaotique était le résultat d’une préparation et agitation importante. Les évènements du Capitole se situent dans la continuation d’actions fascistes assumées tel l’assassinat à la voiture-bélier d’une militante antiraciste à Charlottesville en 2017 et le meurtre à l’arme semi-automatique de deux manifestants anti-racistes à Kenosha en 2020.

Pour résister à ce danger imminent les appareils démocrates et médiatiques ont fait appel à une union sacrée en défense de la constitution et des institutions américaines, une réponse inadéquate. Biden est maintenant le président, mais les forces fascistes ne vont pas disparaître avec Trump.

Il ne fait aucun doute qu’il faut combattre les auteurs de l’invasion du Capitole, et donc le regroupement et la consolidation des forces fascistes, racistes et sexistes. Mais ce combat ne peut-être victorieux s’il se manifeste en soutien aux institutions américaines dont la nature profonde se trouve déconnectée d’une authentique démocratie. On ne peut défendre la démocratie en manifestant un soutien inconditionnel aux forces policières, les mêmes qui ont un rôle de meurtrier et d’impunité dans un système d’état fondamentalement raciste et violent. On ne peut défendre la démocratie à travers un soutien aveugle aux institutions américaines, les même qui, conçues par des esclavagistes, organisent aujourd’hui le plus grand état prisonnier du monde et consolident officiellement, à travers sa Cour Suprême, le pouvoir de l’argent sur les élections et les élus... En soutenant

les institutions telles qu’elles existent on ne fait que consolider l’état à l’image du fascisme, assurant donc la victoire finale à celui-ci.

Cette même dynamique se retrouve ici en France où Macron prétend combattre l’extrême droite en construisant un état policier et autoritaire qui fait fi de la solidarité du peuple... Pour réellement combattre et vaincre les forces du fascisme, outre-Atlantique comme en Europe, il faut construire une vraie démocratie universelle et écologique qui s’applique autant à l’état

qu’au monde du travail, établir un état de droit qui protège tous les citoyens y compris les plus faibles, étendre une république sociale qui permet la solidarité et l’harmonie du peuple et des peuples...

En France, au lendemain de la victoire contre l’obscurantisme, c’est ce que le Conseil National de la Résistance a mis en œuvre, à nous de poursuivre ce combat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.