Alex Lanuit
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2019

Nuit de colère

Alex Lanuit
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je commence ce billet par des extraits du communiqué de mon syndicat, Sud Education 93, que vous pouvez trouver ici

Lundi 23 septembre 2019, Christine Renon, directrice de l’école Méhul, a été retrouvée morte dans l’école après avoir mis fin à ses jours pendant le week-end.

(...)

Intensification du travail et multiplication des tâches éloignées du coeur de notre métier, pressions et injonctions hiérarchiques, réformes délétères de destruction du service public d’Education, infantilisation, mobilités forcées ou restreintes, non respect du droit, isolement et tentative de nous rendre seul·es responsable des dysfonctionnements du système. L’organisation du travail est pathogène pour les personnels ! L’Institution est responsable !
Le new management tue dans l’Education nationale, comme à France Telecom ou à la SNCF.

(...)

Nous demandons donc au Directeur académique de la Seine-Saint-Denis de prendre ses responsabilités pour protéger la santé et la sécurité les personnels. SUD Education 93 a d’ors [sic] et déjà demandé la réunion d’un CHSCT départemental extraordinaire afin qu’une enquête soit menée par les représentant·es du personnel pour établir le lien entre la mort de notre collègue et ses conditions de travail et exiger des vraies mesures de prévention et de protection de la part de la hiérarchie.
Non, nous n’accepterons pas de retour à la normale après un tel événement ! Nous demandons au Ministre que cesse la mise en place d’organisations du travail pathogènes. Malgré de nombreux suicides dans l’Education Nationale, le ministère n’a pris aucune décision pour mettre fin à ces situations.

Par ailleurs ...

L’usine Seveso Lubrizol à Rouen a explosé.

Mais ...

Jacques Chirac est mort. Mince alors.

Je n'allume plus les médias depuis un temps mais n'ose les rouvrir à nouveau.

J'ai envie de gerber. Mais surtout je suis en colère. J'ai la rage. Vous savez ... On m'a déjà demandé "tu as la haine ? mais peux tu continuer longtemps à avoir la haine, ça peut t'abimer". Je n'y crois pas. Ce qui me fait tenir aujourd'hui, c'est mon boulot. Prof dans un lycée du 93. Quand ça ne va pas, j'écris, je frappe. Et ça repart. Le fameux combat sans fin : ici

Donc maintenant comme le titre du livre du pape de Lutte Ouvrière : que faire ?

Comment réagir ?

D'abord, il y aura une marche blanche le jour des obsèques de Christine Renon. Et un appel à la grève viendra le jour du CHST départemental.

Ce que Monsieur Blanquer ne veut voir, ce que Monsieur Auverlot, recteur de l'académie de Créteil ("la plus belle académie du monde" nous a t il affirmé un jour d'"émotion légitime") ne veut voir, ce que Madame Pécresse qui arrose l'Ile de France d'ordinateurs ne veut voir, ce que Monsieur Castaner ne veut voir, ce que Monsieur Macron ne veut voir, ce que l'ensemble des hommes politiques de "gauche" ne veut voir, c'est que nous nous organisons déjà depuis des mois, des années. Nous sommes prêt.e.s à réagir. Nous sommes prêt.e.s à contre attaquer.

Car oui, c'est une attaque que nous subissons dans l’Éducation Nationale. Salaires de misère, conditions de travail minables, mépris caractérisé du ministre et les médias qui prennent la vague, recours massif aux contractuel.le.s, ces collègues qui font le même travail que nous mais qui gagnent moins. Qui attendent tout l'été pour s'entendre dire qu'ils n'ont plus leur place dans l'Académie. Pourquoi ? Parce-que pas assez d'ancienneté, ou bien parce-que non ressortissant d'un pays de l'UE.

Face à ça, une seule solution : un mouvement massif, une grève forte et sévère. Notre heure va venir. Nous n'avons rien à perdre. Nous ne lâchons rien.

Et même si demain, c'est loin, nous ne lâchons rien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire