alex9funes
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2020

A nous humain

Réflexion sur ce qui nous entoure, sur nous même. Pardonnez les fautes

alex9funes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A nous Humains

Le Covid est la, invisible a l’œil nu, et pourtant nous pouvons ressentir sa présence. Maladie nocive pour l’humain. Depuis son apparition, c’est tout notre quotidien qui a été chamboulé. Nous sommes dans l’obligation de ne pas côtoyer nos proches, nos ami(e)s, nos collègues, son existence nous a obligé a nous «barricader» dans nos foyers.

Mais la situation d’aujourd’hui est une occasion de prendre du recul et d’avoir une vision globale du monde actuel.

Prenons nos élites. Aujourd’hui nous somme tous dans une situation délicate de chômage total ou partiel. Pendant que vous cherchez a savoir comment vous allez bien pouvoir retomber sur vos pieds financièrement, et bien de leurs cotés des milliards leurs sont accorder pour pouvoir sauver leurs entreprises. Des qu’il s’agit de leurs biens, biens qui polluent, qu’ils n’ont pas hésité a fermer, a délocaliser ou même a réduire les effectifs pour faire du profit, et bien la, des sommes astronomiques sont débloquées.

Par-contre, quand vous, vous oubliez rien qu’une fois de régler une facture, une mensualité, ou autre, tout de suite les banques, huissiers, etc, sont a votre porte, aucun répit nous est accordé, aucun meuble n’est sauvé. Pas de plan de relance, pas de réductions d’impôts, aucune aide, rien !
Pour continuer sur nos élus, regardez nos hôpitaux, manque de lits, de matériels et pas assez de personnel, ils saignent nos soignants qui, eux, jours et nuits se tuent a la tache pour nous remettre sur pied. La conséquence de tout ça ? Des hôpitaux très vite saturés, le personnel soignant épuisé, une prise en charge des patients plus qu’inadéquat. Ils gèrent nos hôpitaux comme ils gèrent leurs entreprises : un maximum de productivité avec un minimum d’effectif, et ça ne date pas d’hier.

En contrepartie qu’est ce que nos élites leur offrent ? Quelques miettes de primes et le nom de héros. Nous les applaudissons aujourd’hui, mais demain quand on aura repris notre petit quotidien, les applaudirons-nous encore? Nos nouveaux héros du quotidien : caissier(ères), livreur(euses), éboueur(euses), etc.. aujourd'hui nous les remercions, on leur disait a peine bonjour hier. Il est temps de tous se respecter et d’être tous soudé et pas seulement quand les temps sont durs.

Le haut gratin se hâte pour que nous puissions nous remettre a la tache, sans assurer pour autant notre santé (nous savons bien maintenant que notre santé n’est pas vraiment leurs priorités). Tout ce qui les intéressent c’est qu’a nouveau nous puissions recommencer a consommer leur produits d’aucune nécessité. Pendant ce confinement, vous êtes vous rendu compte a quel point nos vrais besoins sont minimes ? un toit, a manger et a boire. Donc ce surplus de consommation (derniers smartphones, voiture, vêtements, etc..) n’est-elle pas qu’illusion ? A t’on vraiment besoin du gadget dernière génération alors que celui d'avant fonctionnait encore très bien?

Connecté a nos smartphone, on a pu s’ébahir de voir des canards se promener en famille en ville, des dauphins dans la mer, des oiseaux qui volent, comme si tout cela n’était qu’une première fois. Cependant cette faune qui nous surprends tant, a été confinée de force par l’humain, qui lui, se propage toujours plus.

Évidemment il faut voir le bon coté des choses. On se mets a la cuisine, a lire, a courir, a faire des cam-apéros, du sport dans le salon. Il y du pain dans les fours, des tartes aux fenêtres et des promenades en famille. Il paraîtrait même que la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne depuis des années.

Néanmoins, une fois cette crise derrière nous? Que se passera t’il ? Retournerons-nous a nos taches quotidiennes sans réfléchir...métro, boulot, dodo, pollution, consommation ? Nous connaissons déjà le monde d’avant, nous y avons vécu, est-il vraiment celui vers lequel nous aimerions retourner ? Regardez ce qu’une « pause » de l’humanité a apporter comme bienfait a notre planète.

Le virus n’est pas celui qui nous fait face aujourd’hui, le « vrai » virus c’est vous, c’est moi.

Nous sommes (sûrement) ce qui est arrivé de pire sur cette terre, nous ne pensons qu’a notre petit confort individuel, nous en voulons toujours plus, nous consommons toujours plus qu’il n’en faut, et le reste et bien on n’hésite pas a le jeter, on consomme sans se soucier de l’impact que cela peut avoir sur la planète. Nous sommes un micro-organisme qui met a mal notre planète et elle n’en guérira (probablement) pas. Est-ce vraiment ce monde que nous voulons retrouver en sortant du confinement ?

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, nous acceptons de nous faire mener par le bout du nez par ceux qui nous demande de nous serrer toujours plus la ceinture et de faire toujours plus d’efforts : travaillez plus, commencez plus tôt, restez plus tard, pour un salaire qui le 10 du mois, pour certains, il n’en reste déjà plus rien, nous écroulons sous les taxes, les impôts et les dettes. Sans oublier les plus démuni(e)s, ceux qui dorment dans la rue, ceux qui n’ont même pas de quoi ce nourrir, ceux que nous n’osons pas regarder quand nous marchons dans la rue. Nos élus nous sacrifie un par un "juste" pour se faire du profit sur notre dos.

Est-ce que le moment n’est pas venu de dire stop ? Jusqu’à quand allons nous accepter cette situation ? Quand allons nous vivre et ne pas simplement survivre?

Alors de la même manière que nos soignants, ces héros, qui se battent corps et âme pour soigner les patients covid ou non, combattons celui qui nous ment encore et toujours a longueur de journée, a la télé, a la radio, dans les journaux. Celui qui par profit mets en danger notre santé et celle de notre planète. C’est lui qu’il nous faut affronter, soyons le vaccin qui sauvera les humains mais la planète. Changeons les choses, ne cédons pas.

Aujourd’hui, cette situation nous montre ce que peut être le monde de demain, un monde ou l’eau sera plus claire, l’air plus propre, ou l’homme et la nature peuvent cohabiter ensemble. C'est nous qui détenons le pouvoir, pas eux. Revenons a l’essentiel et arrêtons de continuer a nourrir ce néolibéralisme. Agissons maintenant pour rendre le monde meilleur demain.

Aujourd’hui vous connaissez l’ennemi..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP