Au Charlie Hebdo, le fascisme et la terreur ont encore frappé

L’attentat qui a eu lieu, ce jour, au Charlie Hebdo est une monstruosité, une aberration humaine et relève du non-sens. Il est la négation des idées de l’autre et leur non-respect. Il est l’intolérance et l’insupportable. Cet évènement tragique est survenu dans un climat de haine islamophobe scandée par Zemmour (et ses élucubrations pathétiques utilisées à des fins idéologiques), dégueulée par Houellebecq sur du papier imprimé et, même encore hier, véhiculée par Marianne sur Facebook avec une apparente promotion des dessins de Tignous consistant, au final, à montrer une seule photo… celle d’un terroriste visiblement islamiste et coupeur de tête. Cui bono ?, aurait lancé Cicéron aux magistrats. Qui en bénéficie ?

 

 

Un tel crime ne profite certainement pas à la communauté musulmane de France, laquelle ne forme d'ailleurs pas un bloc homogène. Elle a été suffisamment stigmatisée et montrée du doigt, ces dernières années, à travers des affaires ridicules de pains au chocolat pendant le ramadan, les faux débats sur la laïcité consistant en fait à laïciser, voire judéo-christianiser, les citoyens sans ne tolérer aucune différence, ce qui est fondamentalement antirépublicain. La laïcité consiste à mettre toutes les croyances (y compris l’athéisme) sur un pied d’égalité, d’où l’absence de signe distinctif dans les écoles, restriction s’appliquant à l’origine aux seuls professeurs en tant que garants d’une autorité morale et donc susceptibles d’influencer les élèves. Le principe de laïcité a largement été mis à mal et la notion détournée.

 

En outre, toujours s’agissant de la communauté musulmane, il convient de rappeler qu’une dizaine de têtes coupées en Syrie alors même que des milliers de Syriens ont perdu la vie sous la répression de Bachar el Assad sans que cela n’émeuve personne, a suffi à déclencher une vague de terreur et de suspicion ayant conduit des Français de confession ou de culture musulmane à descendre dans la rue en criant « c’est pas nous les vilains ». Des personnes innocentes qui se sont senties obligées de s’excuser de crimes qu’elles n’avaient pas commis pour rassurer et satisfaire la phobie de quelques Français. Une honte. Le besoin de dissociation exprimé dans la rue montre bien la situation délicate à laquelle sont actuellement confrontés les musulmans en France. Les auteurs apparemment "musulmans" de l'attentat n'étaient pas sans l'ignorer.

 

 

Alors cui bono ? Peu importe que les terroristes soient musulmans ou non, cet attentat est une action fasciste dans la mesure où nous ne sommes pas en guerre, où nous ne vivons pas dans une dictature, ni dans un pays occupé. A qui profite le fascisme ? Aux fascistes et leurs réseaux de l’extrême qui sont présents jusque sur le web, partout où il peuvent laisser des commentaires (y compris sur Médiapart), et qui installent un climat de terreur à coups de complot des juifs par-ci, de complot du grand Kalifa musulman mondial par-là… On a vu, en 2011, ce que ces idéologies de l’extrême notamment fondées sur l’invasion des musulmans et le remplacement des populations, ont donné en Norvège… Anders Behring Breivik était un fervent adepte de la thèse Eurabie. Ces réseaux sont très bien organisés sur Internet et malgré leur vitrine axée « chrétiens tradis » ou  « jeunes issus de l’immigration », selon les cibles auxquelles ils s’adressent, le discours est toujours identique.

 

Qui sont ces réseaux ? Il existe des représentants bien connus comme Soral et Dieudonné, bien sûr, comme Boutin également, mais il ne s’agit que de figures politiques. Ce qui est certain, c’est qu’au regard de l’appareil de propagande déployé, les moyens sont là. On sait également les liens existant entre ces réseaux et le Front national qui, avec ses mairies scandaleuses, va avoir du mal à tenir son image préfabriquée de gentil parti politiquement correct au secours des Français. Front national qui, rappelons-le, s’est fait l’appareil de propagande de Bachar el Assad (une enquête menée à Bercy a montré des liens entre Frédéric Chatillon et la Syrie) mais également de Poutine (de nombreuses transactions financières ont été révélées par Médiapart). Outre le FN, les Christine Boutin, Soral et compagnie sont également les relais officiels de ces régimes abjectes d’extrême-droite (fondés sur un dogme et l’autorité du chef avec un rejet autoritaire du pluralisme). Or, lesdits régimes ont élaboré toute leur idéologie fasciste sur le grand complot et la lutte anti-terroriste, particulièrement islamiste.

 

 

Cela fait prophétie auto-réalisatrice, n’est-ce pas ? Surtout si l’on met ceci en rapport avec la montée de la droite radicale aux Etats-Unis via les libertariens du Tea party, également défenseurs de Poutine, fervents soutiens de Bachar et proches du FN (Marine Le Pen et Ron Paul se sont déjà rencontrés, notamment lors d’une visite officielle de cette dernière). Alors peu importe que les terroristes soient musulmans ou non, c’est bien aux réseaux de l’extrême et à leur prophétie du grand complot que le crime profite. Et pour qui œuvrent ces réseaux ? Qui les finance ? Là est la question mais point besoin d’une grande enquête pour le deviner. Les attentats, luttes armées et guerres profitent d’abord à l’industrie de l’armement qui s’est enrichie sur le dos des victimes syriennes (que Bachar s’est amusé à faire passer pour des terroristes). Désormais, il ne reste plus que des mercenaires armés en Syrie, dans un territoire verrouillé et quadrillé par l’armée de Bachar.

 

Les attentats, guerres civiles et étatiques bénéficient également aux entreprises privées de sécurité et de renseignement présentes jusqu’au Moyen-Orient. Pour information, des membres du personnel de la société Blackwater dirigée par Erik Prince, lequel soutient Ron Paul et a prôné récemment une intervention en Syrie aux côtés de Bachar el Assad, ont été condamnés pour des crimes de torture commis en Irak lorsque l’administration Bush sous-traitait avec cette société. La Syrie de Bachar était d’ailleurs pleinement intégrée à ce programme (extraordinary renditions). Il convient de rappeler également que ce complexe industrialo-militaire a brillé par son ignominie pendant la guerre froide, dans le cadre de sa guerre antisubversive consistant à soutenir des attentats sous la bannière « communiste » et à diaboliser systématiquement toute opposition présentée comme une sorcière rouge. Les méthodes pratiquées alors ont été les mêmes que celles utilisées par les anciens de l’OAS en Algérie, les véritables professeurs des bourreaux sous Videla et de la CIA conservatrice et autoritaire de la guerre-froide.

 

 

Ces industriels américains en question sont évidemment extrêmement puissants, à tel point que malgré toutes les tueries recensées par la société civile aux USA, l’on peut encore librement acheter des armes au supermarché (cela fait partie d’une l’histoire commune et de la culture, certes, mais qui produit la culture aux USA ?). Ils interviennent politiquement à travers tout un appareil de propagande et de lobbying auprès des représentants élus via, notamment, des organisations y compris éducatives, des Political action committees (groupements légaux consistant à financer les politiciens) et des médias privés vendant de la peur, de la phobie et de la psychose collective. Evidemment, leurs sensibilités politiques vont vers la droite radicale, celle bien blanche, bien chrétienne, bien suprématiste, bien belliqueuse comparable à des « croisés guerroyeurs »… C’est avec leurs armes et savoir-faire que les attentats et guerres sont perpétrés.

 

A noter que la droite radicale met également tout en œuvre, à travers son lobbying, pour dérégulariser l’ordre international en empêchant les prises de décision au sein de l’ONU, pour échapper à l’impôt et ralentir les avancées légales en matière économique, fiscale, financière et pour organiser, ainsi, l’insolvabilité des Etats. Elle est d’ailleurs foncièrement ultra-conservatrice et plutôt néo-libérale. Les industriels américains sont, bien entendu, les 1er exportateurs mondiaux, la Russie (qui livre des armes au régime syrien) étant le 2ème pays exportateur. La France et ses industriels/prestataires privés de l’armement, du renseignement et de la sécurité ne sont pas loin derrière… Quelqu’un comme Dassault appartient lui-même à la droite bien droite, celle qui fait passer les Français pour des feignasses vivant au-dessus de leurs moyens et qui ne veut pas payer d’impôt, tout en se faisant subventionner avec de l’argent public. Le nôtre.

 

 

Alors voilà, que les terroristes soient musulmans ou non, j’accuse toute cette mouvance d’être responsable du climat de terreur qui nous est imposé et dont l’extrême-droite insurrectionnaliste du siècle dernier était passée maître en la matière. J’accuse les marchands d’armes qui s’enrichissent au détriment des victimes, corrompent nos régimes et copinent avec les dictatures, j’accuse l’UMP, sa beauferie et ses pains au chocolat, j’accuse Zemmour et sa pathologie, j’accuse le Figaro, j’accuse le Point, Marianne et bien d’autres médias, j’accuse Soral et Dieudonné, j’accuse aussi le Front national et les libertariens du Tea party et j’accuse les régimes abjectes précités d’être les responsables indirects. Les victimes ne sont pas mortes au nom de Dieu ou de l’Islam, elles sont mortes au nom de la terreur, pour la terreur.

 

Aujourd’hui, dans les locaux du Charlie Hebdo, ce n’est pas l’Islam qui a frappé mais des fascistes. La logique de la terreur est une pratique qui fût exploitée par les insurrectionnalistes, en Europe, au siècle dernier, visant à créer un climat de peur sous une bannière particulière afin de déstabiliser l'Etat (et l'état des concitoyens). En 2015, à cause de quelques personnes, nous y sommes encore mais nous ferons mieux qu'en 39. On resserre les liens entre communautés! No pasaran! Ni l’islamophobie, ni l’antisémitisme, ni les atteintes à la liberté d'expression, ni rien du tout. Et la guerre vers laquelle on nous projette dans un contexte de retour à une pseudo-guerre froide avec la Russie et de pseudo-vague islamiste, n’est pas la nôtre, tout comme la crise économique d’ailleurs. Ne laissons pas la terreur nous diviser, n’entrons surtout pas dans le jeu des terroristes quels qu’ils soient et rendons hommage aux victimes de cette boucherie, lesquelles incarnaient symboliquement la liberté d'expression que le fascisme exècre. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.