alexandra basset
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2017

De quoi DAECH est-il le Nom?

Quand viendra l'heure pour des structures, en France, d'assumer DAECH...

alexandra basset
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

DAECH a permis d'éveiller l'extrémisme teinté d'exaltation identitaire et la ferveur religieuse, notamment en Irak. L'Irak, un pays laïc depuis des décennies ayant été rendu confessionnel via la constitution élaborée par le nouveau régime irakien, après l'intervention Bush ayant favorisé l'Iran et Damas, rivaux de Sadam et voyant d'un très mauvais œil l'Irak laïc en passe de se démocratiser via une intelligencia critique. DAECH a aussi pour effet de faire monter l'exaltation identitaire et ferveur religieuse, également en Europe, particulièrement en France.

DAECH utilise incontestablement des méthodes sectaires sur des individus, c'est-à-dire un narratif complotiste rejoignant celui Syrie/Iran/Russie/groupes d'extrême-droite et une certaine extrême-gauche en tous points. L'idée d'un vilain pouvoir caché associé aux systèmes sociaux-démocrates est la clé de voute de l'idéologie véhiculée autour d'un imaginaire ensuite adapté en fonction des cibles, teinté d'islamisme pour certains, de rouge ou vert pour d'autres ou encore de christianité. L'angle est de nuire à une forme particulière de gestion d'Etats et d'agir notamment contre les régulations internationales.

L'idée est toujours la même : dénoncer la CIA, l'OTAN, le "sionisme" (ou autre ISME), les démocraties, le libéralisme sur fond de : crise identitaire de musulmans (déjà affolés dans leurs slip comme tout Sapiens); axe historique USA/UE/ArabieSaoudite au positionnement politique présenté comme pervers; et menace de fin du monde sans récompense dans l'au-delà, la trouvaille des grandes sectes de l'antiquité dès Zoroastre et donc bien avant le néoplatonisme contemporain aux Pères fondateurs de l'Eglise (dont Eusèbe de Césarée) ayant revendu à Constantin le rêve sur terre pour un Empereur : des cultures unifiées autour d'un mythe fondateur unique (reprenant des mythes païens pré-existants) et une légitimité religieuse.

Outre l'analyse philosophique et politique concernant DAECH, viennent s'ajouter d'autres éléments factuels. DAECH est apparue physiquement pour la 1ère fois en Irak, après plusieurs années d'occupation illégale ayant donné lieu à la radicalisation de locaux, notamment via l'emprisonnement et la torture. L’organisation prend son essor dans un régime à domination islamiste pro-Iran (désoccupé par Obama) qui n'a jamais agi contre l'administration Bush concernant l'intervention et l'occupation illicites ayant provoqué la déstabilisation de l'Irak et même pire: l'éradication d'une élite (instruite, critique et laïque), contrainte de fuir et s'exiler. Un Etat dépeuplé de son élite et livré à des islamistes.

DAECH arrivé en Syrie, en fin 2013/début 2014, dans un territoire pourtant contrôlé par Damas, certes politiquement isolé et devant faire face à une vague de contestations nationales mais dominant "l'ennemi" via l'aérien et le renseignement. DAECH arrive à Raqqa alors contrôlée par les rebelles avec, déjà, un envahissement "islamiste" de la rébellion nationale via particulièrement le front Al-Nosra. Faut-il rappeler les liens entre Al-Qaïda et al-Nosra (composée de Syriens et étrangers) ? Faut-il rappeler les liens entre le clan Ben Laden et I'Iran/Damas ? Une partie du clan Ben Laden a vécu en Iran et en Syrie après le 11 septembre (la 2nde femme de Ben Laden est syrienne) et son fils faisant buzzer le 2.0, est parti d'Iran pour aller en Syrie.

DAECH a donc pris des territoires en Syrie, obligeant l'armée syrienne libre à se battre sur "2" fronts: DAECH/Damas. C'est ainsi que DAECH a prospéré en Syrie, notamment à Palmyre (destruction de sa prison/ preuve des crimes du régime), tandis que les civils et l'opposition armée trépassent encore sous les bombes toujours plus meurtrières du régime et dans les prisons, sous la torture. L'organisation a notamment prospéré parce que via Georges Haswani, mais aussi la société Lafarge, elle a échangé avec Damas, ce qui l'a enrichi. C'est d'ailleurs ce qui vaut à Haswani, une interdiction aux USA et en UE, sous le contrôle des juges de la CJUE.

Le pire pour Sens Fillon, le FN et les Insoumis, outre la complaisance Damas/Russie (faisant le lien extrême-droite et extrême-gauche au niveau mondial) va être d'assumer DAECH. Assumer que DAECH utilise des ficelles qui ne sont pas éloignées de celles de la complosphère à l'international et que des "amis" échangent avec cette organisation. Assumer également que DAECH a contribué à légitimer un discours radical unique et une emprise morale sur des groupes, et que finalement, DAECH est plus utile à MLP, Sens commun, Chrétiens d'Orient, etc. qu'autre chose. DAECH est plus dangereux pour l'Etat de droit que pour des groupes l'instrumentalisant, via UNE idéologie unique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis