Révélations sur l'implication des services syriens dans les groupes terroristes

Pour sortir du déni, rien de tel que des formules latines et le rappel du droit international.

Dans cette vidéo faisant intervenir un parlementaire syrien sur une chaîne de propagande nationale, le régime se vante d'avoir "infiltré" DAECH : https://www.youtube.com/watch?v=A0tu44_tVyg

"Aut dedere, aut judicare", une obligation erga omnes vis-à-vis de tous les Etats et des civils, bafouée par la Syrie qui n'a d'autre choix que de parader sur sa chaîne publique en parlant d'infiltration des organisations terroristes.

La Syrie a manqué à toutes ses obligations (d'empêcher via des moyens matériels et légaux, de prévenir, coopérer et de poursuivre) dans la lutte contre le terrorisme. C'est le régime qui le raconte face à LA question : pourquoi Damas n'a jamais été ciblée par DAECH ? 

Une obligation par ailleurs rappelée dans la résolution 2249 par laquelle l'ONU a mandaté les Etats pour agir contre les deux organisations citées par le parlementaire (Al-Nosra et DAECH).

Résolution adoptée par la Russie, occupante, qui a préféré bombarder des cibles protégées par les conventions de Genève, au soutien d'un régime fantoche (dépendant de tiers, à savoir l'Iran et la Russie).

Le terrorisme a toujours été un moyen de répression et de punition chez les Assad, plus d'un libanais, palestinien et israélien en ont fait les frais, cela dure depuis des décennies dans la région.

Des régimes qui s'en sont servi contre la communauté internationale, la paix et les administrations, pour reconfigurer la région selon une entente, notamment au moyen d'accords constitutifs de crimes (Iran-Syrie-Turquie-Qatar-Russie).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.