Introduction sur les mouvements sectaires

Le contrôle de la sexualité (interdiction, brimade, séparation stricte, sévices corporels, etc.) est quelque chose pratiqué par les sectes (bien avant les monothéismes) pour contrôler la pensée des gens en les inhibant et par-là même, leur comportement dans la société. Il s'agit d'une forme de contrôle mental.

Les sectes et leurs gourous organisent des simulacres rituels (pour contrôler les comportements extérieurs et repérer les "dissidents" ou "anormaux") et font seriner une loi dogmatique à leurs fidèles (pour contrôler intérieurement/moralement le membre du groupe, à travers l'introjection de la loi). Ils entretiennent les névroses des personnes qui y sont soumises pour ne pas qu'elles deviennent autonomes, en les tenant par les affects/pathos par rapport à la mère et au père.

 

Le gourou procède toujours de la même façon : double-discours « avant tu étais débile ou damné, grâce à moi tu es intelligents/délivré, tu me dois tout », « tout le monde ment, seul moi aie la vérité, seul moi t’aime », « si tu ne penses pas comme moi, ce sera la fin », « je me suis sacrifié, ne sois pas ingrat » (c’est tout le subterfuge du petit Jésus). Le gourou « aime », tout en culpabilisant, en infantilisant, voire en punissant.

Il est d’abord flatteur (car tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute / tout manipulateur vit au dépend de sa proie) et promet monts et merveilles (un imaginaire, une jouissance dans un ailleurs, un autre monde). Le gourou reproduit les schémas parentaux et entretient ainsi les névroses infantiles pour créer une situation de dépendance. Mangez leur pain, vous leur appartenez déjà.

 

Toutes les dictatures, pouvoirs, partis et régimes autoritaires s'appuient sur ces procédés sectaires et ont souvent recours aux organisations religieuses. La femme a bien sûr un rôle à jouer là-dedans car c'est elle qui, traditionnellement diffuse la loi au sein du foyer, loi intériorisée par les enfants, ce qui permet aux courants sectaires de contrôler la famille et donc l'ordre social.

C'est pour cela que les régimes et structures autoritaires (Judaisme, Eglise catholique, Islam, Mormonisme etc. mais aussi le régime nazis, Franco, Staline, Mao, etc.) ont de tout temps embrigadé les femmes, en contrôlant leur sexualité, leur corps et leur gestion du foyer et ce, en les faisant passer pour des êtres inférieurs (et donc dépendants), subversif et en les maintenant dans un système d'appartenance identitaire, jusqu'à leur identité sexuelle et leur genre.

 

(Ce billet à vocation à s'enrichir)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.