alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2015

Révolution fiscale

alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il fut un temps où le peuple réclamait des taxes, un temps où la taxe était populaire, où des centaines, peut-être des milliers de personnes descendaient dans la rue pour réclamer de nouvelles taxes. Ainsi, les émeutes proto-révolutionnaires de 1775 avaient pour objectif rien moins que taxer le blé ! Heureux temps que celui-là, qui ne connaissait nul groupement de contribuables pour prononcer sentence et conduire en place de grève l’élu impénitent qui aurait eu l’outrecuidance d’augmenter la contribution des citoyens aux actions collectives.Il faut dire qu’en ce temps là, Guillaume II de Normandie, celui que l’on surnomma plus tard Guillaume Le Conquérant parce qu’il réussit l’exploit que nul ne réitérera après lui, n’était pas revenu sur nos rivages avec son lot d’anglicismes pour transformer notre TAXE en TAX, c'est-à-dire en impôt. Car au XVIIIème siècle, taxer signifiait simplement fixer un prix maximum. Les mœurs étaient bien étranges à cette époque : ils souhaitaient empêcher la hausse des prix et la spéculation qui l’accompagne toujours !


En ce début de XXIème siècle, l'actualité nous donne à voir un étonnant renversement, où la taxe contribue à renchérir les prix, éloignant les perspectives d’achats pour les plus modestes et enrichissant l’Etat sans empêcher la spéculation. Car aucune taxe carbone n’empêchera jamais aucune compagnie pétrolière, fut-elle anglaise, de multiplier ses profits…Et s’il est une révolution aujourd'hui nécessaire, c’est bien celle-ci : fixer le prix des biens et des services en fonction de leur coût pour la société, de leur impact humain ou environnemental. Le blé n’étant plus guère consommé tel quel dans notre pays, examinons donc le cas de cet aliment moderne et pourtant multimillénaire, déjà représenté sur les bas-reliefs étrusques au Vème siècle avant notre ère et dont il semble qu’on en trouve trace il y a plus de 5 000 ans en Chine : les pâtes. Et pour être plus précis, car la précision est mère de la fiscalité, les coquillettes, si prisées des enfants pour leur forme arrondie et leur capacité à retenir la sauce en leur cœur, exploit dont ne sont capables, il faut le reconnaître, ni les spaghetti italiennes, ni les nouilles chinoises. Et bien, après le grand soir fiscal, les coquillettes, composées à partir de farine de blé du Minnesota et emballées dans un sachet plastique fabriqué en Roumanie grâce au pétrole Kazakh, coûteraient 3 à 4 fois plus cher que des pâtes bio de Savoie, fabriquées à base de farine cultivée dans l’Ain et vendues en vrac dans un sac en papier recyclé isérois. Révolution fiscale mais révolution lexicale assurément, puisque moins cher ne signifierait désormais plus moins bon… Une nouvelle bastille est donc à prendre pour remplacer la TVA par la TCC, la Taxe sur le Carbone Consommé. Sans rendre à la taxe son sens premier -il est des batailles qu’il est inutile de mener tant l’issue est connue d’avance- nous lui rendrions au moins l’hommage qu’elle mérite en lui attribuant son objectif premier : fixer le prix des choses pour le bien-être du plus grand nombre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP