alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2015

La barbe !

alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A poil, tout le monde à poil ! En lançant ce mot d’ordre en 1974, Pierre Perret ne se doutait pas à quel point il serait encore d’actualité 40 ans plus tard. Pourtant, il s’inscrivait dans une époque particulière qui voyait Carlos enjoindre chacun à être « tout nu et tout bronzé » alors que Rika Zaraï proposait de venir « sans chemise et sans pantalon » ! Mais en pointant spécifiquement le poil, Pierre Perret ajoutait une dimension particulièrement heuristique à sa chanson, nous permettant de nous interroger à la fois sur le rapport entre nature et culture et sur la place du système pileux dans les rapports au pouvoir. Je ne parle pas ici des promotions pour le moins déplacées sur les épilateurs à l’approche de la fête des mères ou sur les rasoirs lors de la fête des pères, non. Mais le poil, dans sa composante faciale notamment, est au cœur de jeux de pouvoir. Sans tirer l’analyse par les cheveux, on peut dire que si la barbe est à la mode aujourd’hui, renvoyant le « Malheur aux barbus » de Pierre Dac et Francis Blanche dans les tréfonds de l’obsolescence, elle s’avère toutefois particulièrement ambivalente : d’un côté le terme « barbu » est devenu le synonyme d’islamiste, voire de terroriste, au regard de la barbe que nombre d’entre-eux arborent. D’un autre côté, et on l’a encore vu ce week-end à Lyon avec le festival des Nuits Sonores, la barbe est l’attribut du hipster, ce jeune urbain branché aux références culturelles spécifiques marquées par une forme de marginalité vintage et émergente à la fois : on est là aux antipodes du barbu salafiste traditionnaliste. Prenant la majorité de leur concitoyen à rebrousse-poil, ils ne se rejoignent que dans une forme de « contestation »–sur des fondements diamétralement opposés- d’une société à laquelle ils participent toutefois et qu’ils contribuent même à forger en étant, chacun dans leur domaine, des leaders d’opinion et des promoteurs de tendance !

Mais ne coupons pas les cheveux en quatre : s’ils s’appuient sur leurs attributs pileux, c’est aussi parce que ce sont… des hommes ! C’est le second point commun, la part prépondérante de la masculinité et ce qu’elle dit de notre société quand ce sont les barbus qui donnent la tendance ! Ce qui prouve le combat qui reste à mener pour des féministes comme le collectif « la barbe », poil à gratter du machisme bon teint et du phallocrate qui feint de s’ignorer.

Le poil et la barbe constitue donc une frontière qui, en tant que telle, unie et divise à la fois ceux qui en portent et ceux qui n’en portent pas, et plus encore, ceux qui peuvent –ou pourraient- la porter et ceux qui ne le peuvent pas ! En ce sens, le poil ramène l’être humain à sa naturalité : il est d’ailleurs notable que le Jésus des débuts du christianisme ai pu paraitre tantôt imberbe (dans la tradition héllenistique et latine, et ce jusqu’au V / VIème siècle), tantôt barbu (dans la tradition orientale) avant que celle-ci ne s’impose partout. Dans sa version imberbe, le Christ reprenait les images divines traditionnelles de l’Occident, les représentations liées à l’immortalité assimilée à l’éternelle jeunesse. A l’inverse, en Orient, on mettait l’accent sur l’aspect réaliste, corporel du Dieu fait homme et portant toutes les caractéristiques « naturelles » des hommes, et donc la barbe. L’imposition iconique du Christ barbu traduit donc la prééminence de l’incarnation divine, du dieu faisant sienne la nature humaine.

 La gestion du système pileux est donc une interface infime entre les deux volets de notre humanité : nature et culture. La gestion du poil (retrait, effacement sur certaines zones du corps, mise en avant sur d’autres…) est l’un des traits d’un processus de civilisation, tentant d’arracher l’être humain à sa dépendance à la nature en en maîtrisant les traits saillant, en les circonvenant à un espace ou à une forme limitée. En ce sens, le retour en grâce de la barbe -ou plus récemment encore de la moustache- dans une approche très « codifiée », nous donne à penser sur le rapport à la nature qui est le notre : une forme de remise en avant partielle et contrôlée, circonscrite et travaillée, une naturalité cultivée en quelque sorte. Rien à voir donc avec la joyeuse époque de Carlos et Rika Zaraï qui chantaient avec entrain le naturisme dans toute ses dimensions et envoyaient aux règles de bienséance et aux pratiques majoritaires un « la barbe ! » tonitruant…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson finit par démissionner
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique a annoncé jeudi sa démission après une cinquantaine de démissions dans son gouvernement. Il a tenté de résister jusqu’au bout, mais la pression de son parti a été plus forte.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter