alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2015

Achab vs Bartleby

alexandre fabry
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec Moby Dick, l’écrivain le plus marin de la littérature américaine nous offrait une œuvre emblématique de la folie destructrice qui peut s’emparer des êtres vivants, celle du capitaine Achab valant bien celle du grand cachalot blanc à la mâchoire de travers. Mais pour réaliser sa fable maritime et hauturière sur le bien et le mal, et la frontière ténue qui les sépare, Herman Melville a du transformer un animal paisible en une bête féroce et agressive, transformation dont, avouons-le, l’homme est coutumier pour mieux se justifier de sa propre acrimonie. Et comme le capitaine Achab, nous sommes prêt à tout sacrifier, nous compris, pour assouvir ce besoin de domination, et d’autant plus quand s’y ajoute la perspective d’une rentabilité financière…

La mer en est malheureusement le symbole, et la surexploitation des ressources halieutiques l’exemple le plus abouti. Après avoir décimé les espèces de surface –le lieu, le cabillaud, le merlu, le flétan…-, l’homme s’attaque aux eaux profondes à l’aide de chaluts, bien plus efficaces que les harpons du Péquod, détruisant tout sur leur passage, pour nous proposer des poissons dont nous nous passions bien jusque là, comme le Hoki –non, ce n’est pas une marque d’imprimante- ou la lingue bleue. Ne soyons pas sectaire, on peut imaginer consommer d’autres poissons, même si la brandade sera moins gouteuse sans morue, mais les cyprindés des hauts-fonds posent un problème particulier : si le maquereau se reproduit à 3 ans ou le merlan à 2, assurant un renouvellement rapide des stocks, le grenadier ou la sébaste n’atteignent leur maturité qu’à 10 ans, et présentent donc un taux de régénération beaucoup plus lent. Du coup, chaque passage de chalut entraine dans un premier temps une pêche miraculeuse, mais, peu après, les stocks sont vides et dans l’incapacité de se reproduire. Un peu comme si, pour consommer des œufs, vous détruisiez en plus les poules et le poulailler !

Pire encore, en raclant les hauts fonds, ces chaluts détruisent un écosystème où les carcasses de baleines, qu’elles soient blanches ou bleues, fournissent des réserves de nourriture à la faune endémique des hauts-fonds pour 100 ans ! Or, la chasse à la baleine ayant déjà réduit le nombre de représentant de ces espèces, et donc les possibilités de carcasse, la destruction de celles-ci par le passage des chaluts équivaut à la destruction d’un socle sur lequel repose l’équilibre du système marin : outre la faune profonde qui s’y développe, ces espaces sont aussi des réserves de nourriture pour des espaces plus proches de nous, par le processus de migration verticale nocturne qui voit certaines espèces remonter durant la nuit, devenant ainsi des proies pour les animaux qui vivent dans les eaux de surface…

On détruit donc les poissons, leur nourriture et leur habitat, tout en prétendant nourrir les hommes ! Comme le capitaine Achab, on sacrifie tout à la quête de l’immédiat. Mais qu’y pouvons-nous ? Est-ce nous qui dirigeons les armadas de baleiniers ou les bateaux-usines qui sillonnent les mers ? Mais oui ! Indirectement, nous les missionnons tant que nous achetons et consommons le produit de leur pêche. Pour lutter contre le capitaine Achab qui sommeille en chacun d’entre-nous, Melville nous propose un antidote : Bartleby. L’image même de la résistance douce, qui affirme son refus d’un « I would prefer not to », délicat mais implacable, lorsque son patron lui demande de réaliser tel ou tel travail. Face au hoki et au grenadier, utilisons la maxime du scribe Bartleby et affirmons que nous préférerions ne pas. Faire d’un scribe l’outil de la lutte contre tous les Achab de la terre nous permettra au-moins de les entendre s’exclamer : Maudit Bic !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP