Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 juin 2015

Poitiers assiégé par des flics et des hommes en chemises blanches !

Je vis à Poitiers. J’y travaille. J’y milite. C’est une ville plutôt calme, la future ex-capitale de la future ancienne région Poitou-Charentes. Cela n’a jamais empêché l’injustice. Derrière le calme apparent, l’exploitation, le racisme, et toutes les violences capitalistes existent.

Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vis à Poitiers. J’y travaille. J’y milite. C’est une ville plutôt calme, la future ex-capitale de la future ancienne région Poitou-Charentes. Cela n’a jamais empêché l’injustice. Derrière le calme apparent, l’exploitation, le racisme, et toutes les violences capitalistes existent.

Poitiers n’est pas une bulle. Encore moins une terre « socialiste ». C’est une ville dirigée par le Parti Socialiste, qui n’est plus socialiste depuis un bail. C’est, qui plus est, une ville dirigée par un baron local multi-casquettes, un expert du cumul, qui rêve d’un poste ministériel... avant sa retraite de politicien professionnel. Car il n’est assurément point militant. Il est professionnel, dans ce que le terme a de plus laid : la carrière, la froideur, la gestion « libérale », l’ordre, la dystopie du réel. L’anti-thèse du militant. L’homme qui ne fait pas rêver. L’un des fossoyeurs de la gauche, représentant local du parti à la même caractéristique.

Ce parti tient son Congrès national au moment où j’écris ces lignes (5,6 et 7 juin). Le « grand » parti de « gauche » est à Poitiers. 3000 militants concernés. Plus les journalistes... Chouette moment pour le PS et l’UMP (Les Ripoublicains), et toute la droite locale, qui se félicitent d’un événement qui va vivifier l’économie de la ville. C’est l’unité nationale au local. Parfait. Du moment que les « socialistes » dépensent du fric, on se fout des idées, on se fout de tout. On ne discute plus. On compte. Et vous fermerez la porte en partant !

Je ne vais pas vous barber plus longtemps avec mon sarcasme. Je ne porte pas le PS dans mon cœur, nous l’aurons compris. Si j’écris ces lignes, c’est simplement pour témoigner. Témoigner de ce qu’il se passe lorsque le parti censé changer la vie, car de gauche, du moins sur le papier et dans des imaginaires, est dans ma ville. Témoigner pour montrer ce qui change avec cette présence « socialiste ».

Ce qui change, donc, c’est, par exemple, que nombres de restaurants sont privatisés, que les personnes en costards chemises blanches ont envahi les lieux et surtout, qu’il y a des flics partout. Gendarmes, policiers, CRS... qui patrouillent dans le centre-ville pour le Congrès d’un parti de « gauche ». Un Congrès de « gauche » où le mouvement social est à l’extérieur, pour s’opposer à la politique d’un gouvernement à la botte du patronat, et dont les militants se font contrôler par les flics aux ordres du parti solférinien. Des milliers de « socialistes » qui discutent du nombre de milliards à offrir au patronat, pour être moins à droite, ou plus à droite selon les tendances ; de l’intensité de l’austérité à mettre en place : casser plutôt l’école ou la santé, ou bien les deux. Privatisons !... pendant que les syndicats demandent des augmentations de salaires, de meilleurs services publics, que le Collectif de défense de l’ancien théâtre se bat contre la casse de la culture dans notre ville. Pendant que les gens d’en bas, ceux qui font vraiment vivre la société, se battent pour mieux vivre. Le PS discute de droite, la gauche est dans la rue. L’omniprésence du PS dans les médias locaux, une omniprésence stalinienne, ne pourra suffire à éteindre la colère. Celles et ceux qui doutaient encore sont convaincus. Le PS n’apporte que des flics dans ses bagages : pas de rêves, pas d’espoir, pas même de vie et de joie... Ce parti exaspère et fait du mal. La gauche, la vraie, n’a qu’à lui faire entendre en s’assemblant pour s’opposer au gouvernement jusqu’à sa chute sur sa gauche. Prenons le pouvoir puisque nos vies valent plus que leurs profits. Il est temps !


J'ai d'abord publié ce billet sur le site local du NPA. Mais il me semblait utile de le mettre ici, pour information. 

Un article intéressant pour illustrer le mien ICI 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm