Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2020

150.000 pour l'unité des anticapitalistes !

Alors que Jean-Luc Mélenchon a décidé de partir pour la présidentielle, sans essayer de rassembler, avant, l'ensemble des forces militantes, voici une nouvelle démarche pour une candidature unitaire.

Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne s'agit pas de construire une énième candidature de gauche mais de créer un rapport de force suffisant pour réunir les conditions d'une candidature (au sens du débouché politique, pas forcément électorale) qui incarne justement celles et ceux qui luttent.

Cette page vise à prendre le contre pied des appels à candidatures individuelles pour la présidentielle. Elle part à la base d'une boutade de militant exaspéré.

JL Melenchon a appelé ses partisanEs à signer une plate forme pour le plebisciter. Il veut recueillir 150.000 signatures.

Pourtant la période exige de rassembler les forces militantEs, syndicales, politiques, situées à la gauche radicale.

La présidentielle aura lieu dans 2 ans. La priorité est le rassemblement pour les luttes, sociales, féministes, antiracistes, écologistes. C'est de ces luttes, de l'unité par ces luttes, que nous pourrons construire, par en bas, une expression et une organisation politique pour l'ecosocialisme, pour une société anticapitaliste. Il est encore temps de construire collectivement une alternative sans se ranger derrière un sauveur, un chef, un tribun.

C'est possible si l'on se donne les moyens de porter notre propre candidature sans candidat, mais avec l'envie de porter dès maintenant un message de rassemblement.

Comme cela a été fait à Bordeaux, avec la liste Bordeaux en Luttes ! aux municipales, il faut rassembler sur des bases démocratiques, unitaires et porteuses d'espoirs. C'est possible !

POUR AIMER LA PAGE POUR ATTEINDRE LE PLUS DE MONDE POSSIBLE, C'EST PAR ICI

LIEN VERS LA VIDEO DE PRESENTATION

"Jean Luc Melenchon vient d'annoncer sa candidature pour la présidentielle de 2022.

Cette fois encore je ne me retrouve pas dans cette démarche.

D'abord car je ne supporte plus cette façon de se présenter en sauveur. Un candidat ne devrait être rien d'autre que le porte parole d'un collectif durable (le coup des 150.000 est un moyen habile mais grossier de se rendre plus légitime). Or, Jean Luc Melenchon est un carriériste, un professionnel de la politique. Loin d'apporter un renouveau, il se place sur le terrain d'une certaine continuité social-démocrate républicaine. Il se présente pour la troisième fois et est élu depuis 1983! Le non cumul des mandats, c'est bien de le pratiquer soi-même, et pas seulement de le mettre dans son programme.

Ensuite parce que cette façon de faire est un moyen de s'imposer face aux autres forces de gauche. Et j'entends par là aussi les mouvements sociaux. Cette manière de se déclarer ("moi je") pour appeler à l'union est un moyen de ne précisément pas faire l'union. La présidentielle est devenue une folie, y compris pour la gauche dite radicale, qui ne pense plus qu'à cela, au détriment de la construction patiente d'un nouvel outil militant, politique, rassemblant et organisant des milliers de personnes, et portant un projet de société écosocialiste pour un changement révolutionnaire de la société.

Je suis une fois de plus abasourdi de voir que les envies individuelles prennent le dessus sur le besoin collectif d'une perspective de "tous les jours" (c'est à dire qui milite aussi hors des périodes électorales). Et je dis tout cela d'autant plus honnêtement qu'il est évident que JLM et beaucoup d'insoumis ont leur place dans cette alternative à construire... Mais une place à égalité des autres, pas une avant garde ou un tribun, à l'heure où la division du mouvement ouvrier est le pire poison.

Je ne sais pas ce que feront les anticapitalistes et le NPA dans cette élection, nous verrons, mais pour sûr cette candidature ne répond pas aux besoins et ajoute, même, un problème aux autres nombreuses difficultés préalablement présentes."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux