Le collectif de défense de l'ancien théâtre a besoin de vous

Les lectrices et les lecteurs de Mediapart connaissent l'histoire de l'ancien théâtre de Poitiers. Martine Orange en a fait un excellent billet revenant sur le scandale lié à ce monument culturel qui a la côte depuis des décennies dans le cœur des poitevins. Le scandale en deux lignes donc : un maire « socialiste », Alain Claeys, décide de brader un théâtre municipal, haut lieu de la culture populaire de la ville, à un promoteur privé pour 510.000€.

Les lectrices et les lecteurs de Mediapart connaissent l'histoire de l'ancien théâtre de Poitiers. Martine Orange en a fait un excellent billet revenant sur le scandale lié à ce monument culturel qui a la côte depuis des décennies dans le cœur des poitevins. Le scandale en deux lignes donc : un maire « socialiste », Alain Claeys, décide de brader un théâtre municipal, haut lieu de la culture populaire de la ville, à un promoteur privé pour 510.000€. Tout cela entre l'hôtel-de-ville et la préfecture, c'est-à-dire la « voie royale » de Poitiers, l'un des espaces où l'immobilier est le plus cher. Pour en faire quoi ? Des appartements et des commerces de luxe. Un retour sur le vote du conseil municipal ICI.

Au-delà des doutes que peut susciter le prix de vente, un autre motif pousse à se mobiliser. Celui de la morale, surtout pour un pouvoir censé être de gauche. Jacques Arfeuillère, président de l'association de défense de l'ancien théâtre a la formule, juste et lyrique, pour pousser les citoyennes et les citoyens indignéEs à poursuivre le combat : « (Il faut continuer à se battre) d'abord parce que sur le fond le déni de démocratie est toujours là, la menace sur le chef-d’œuvre de Lardillier est plus que jamais présente ; ensuite parce que beaucoup comptent sur cette salle pour répéter, se produire, venir voir l'expression d'une culture populaire et vivante, débattre, vivre la culture ailleurs qu'en vitrine ; surtout parce qu'on NE VEND PAS UN THÉÂTRE pour en faire des appartements de luxe et des magasins ! ».

 

Les appels à la lutte ne restent pas vains. Depuis des mois, fêtes, actions, signatures de pétition (y compris auprès de célébrités), distributions et rédactions de la Gazette du Théâtre sont le quotidien du collectif. Et cela fonctionne. Des centaines de personnes à chaque fête (déjà 6 fêtes organisées, vous pouvez en revivre une ICI), plus de 8000 signataires de la pétition, dont Robert Guédiguian et Eddy Mitchell... de la vie, de la joie, de la lutte.

 

Le collectif a également lancé un combat juridique. Ce combat coûte de l'argent. Le collectif a besoin de vous, de la mobilisation la plus large. Il est nécessaire de récolter 5000€ avant 74 jours (au moment où j'écris ces lignes) sur le site Ulule. Cliquez Là pour faire un don.

 

Pour reconquérir un lieu de culture populaire et pour conserver un monument de notre histoire collective. Merci d'avance.

Retrouvez le site du collectif, devenu une association : http://theatrepoitiers.canalblog.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.