Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 oct. 2020

Pour un confinement écosocialiste

La gestion de la crise sanitaire est une catastrophe. Alors même que la première vague a mis en évidence les failles d’un système de santé épuisé par les politiques d’austérité, rien a été réellement fait de ce côté-là pour que, justement, les patientEs puissent être mieux traités, et le personnel soulagé dans les hôpitaux, via des embauches massives.

Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La gestion de la crise sanitaire est une catastrophe. Alors même que la première vague a mis en évidence les failles d’un système de santé épuisé par les politiques d’austérité, rien a été réellement fait de ce côté-là pour que, justement, les patientEs puissent être mieux traités, et le personnel soulagé dans les hôpitaux, via des embauches massives.

Au lieu de ça, le gouvernement fait toujours le même choix : l’alliance d’une politique de maintien du travail à tout prix et de politiques sécuritaires. Cette politique a une conséquence néfaste et dangereuse : elle assimile la lutte légitime contre le virus à une lutte pour limiter les droits des populations.

Distinguer la lutte contre le virus de la lutte contre l’autoritarisme est vital pour nous. Il y a un risque évident d’une deuxième vague massive et destructrice. Des proches, des amiEs, des voisinEs, des collègues sont déjà touchéEs, et cela va empirer. C’est pourquoi il faut prendre ce sujet au sérieux et nous protéger car ce sont nos vies qui sont en jeu. Je ne rentre pas dans les détails chiffrés ici (lire par exemple les articles de Caroline Coq-Chodorge sur Mediapart), mais il semble que, comparé à la première vague, il y a au moins une semaine de retard pour la mise en place d’un confinement qui freinerait la propagation de l’épidémie. Aussi, ce sont déjà des milliers de drames supplémentaires qui sont à prévoir, victimes des choix de ce gouvernement.

En effet, qu’a fait le gouvernement entre juin et aujourd’hui pour prévoir ce qu’il se passe depuis quelques semaines ? Politiquement, il a distillé le sexisme et le racisme, notamment avec la polémique de la « tenue républicaine » et la taille des jupes des adolescentes au collège, ou encore contre les musulmanEs, avec des ministres Darmanin et Blanquer en première ligne pour parler du « séparatisme » et de « l’ensauvagement ». Tout cela alors même que la priorité sanitaire était brulante. Depuis le drame qui a coûté la vie à Samuel Paty, victime d’un tueur nourrit aux idées d’un islam intégriste, le gouvernement a même amplifié ce discours qui stigmatise l’ensemble des musulmanEs. Et à travers les musulmanEs, c’est l’ensemble des étrangerEs non-blancs qui sont viséEs, on peut le comprendre à la lecture des politiques anti-immigrés, des OQTF qui se multiplient, et du développement des discours amalgamant « terrorisme et immigration ». Les manifestations pour la régularisation des sans-papiers d’octobre 2020 sont passées inaperçues médiatiquement, celle de Paris était pourtant une vraie réussite. Ce que l’on peut dire, c’est que, comme cela est de coutume en France depuis au moins 20 à 30 ans, dès qu’une crise politique et sociale se présente, les discours « sécuritaires » reviennent. C’est pourquoi il faut mener les combats sur les deux fronts : pour des droits sociaux (santé, éducation, salaires, etc.) et pour des droits démocratiques (droits civiques, libertés individuelles et collectives, droits des étrangerEs, etc.).

Revenons-en à la crise sanitaire. Au risque de choquer quelque peu, je vais assumer ici un propos : je suis pour un confinement. Comme cela a été évoqué plus haut, les risques sont trop importants pour continuer à ne rien faire, ou plutôt à « mal faire ». Cela dit, je m’oppose à un confinement « sécuritaire ». Je m’explique. Pour reprendre la formule que j’aime il y a « Leur confinement et le nôtre ». Aussi, je suis opposé à tout confinement, ou tout couvre-feu, dont le but est d’interdire aux gens d’avoir des activités de loisir, de détente, ou même des activités politiques, syndicales, de lutte, alors même que le travail, et en particulier l’activité salariée, elle, continue. Pour faire vite je m’oppose à un confinement capitaliste, et je défends un confinement écosocialiste.

Il faut pour cela prendre des mesures qui ont pour but de maintenir aux personnes un niveau de vie digne, notamment avec le maintien du salaire et une loi d’interdiction des licenciements.

Il faut maintenir le travail uniquement lorsque c’est strictement nécessaire (santé, alimentation). Il faut prendre soin de la santé mentale des personnes, aussi il n’est pas possible de stopper totalement la vie culturelle par exemple. Ni la vie politique et syndicale. Le droit de manifestation doit être maintenu.

Il faut diviser le temps de travail massivement afin que les personnes en télétravail, par exemple, ne deviennent pas dingues. Cela permettra aussi de partager les tâches entre toutes et tous.

Il faut augmenter massivement le nombre de bus, de tramways, de vélos (afin de permettre que les contacts soient moins fréquents), en rendre l’usage gratuit (les gens n’ont pas à payer alors qu’ils prennent des risques).

Il faut régulariser les sans-papiers afin qu’ils puissent elles et eux aussi se protéger sereinement. Il faut que tout le monde puisse avoir un toit et un logement correct.

Il faut un confinement intelligent : le problème n’est pas d’interdire dans tous les sens ou de mettre en place des mesures ridicules mais d’expliquer les dangers, de donner des solutions pour les actes individuelles (et pas de s’immiscer dans la vie des gens), et d’avoir une politique pour le collectif. Si des événements publics sont organisés ou maintenus, il ne faut pas les interdire, mais des personnes compétentes, informées, doivent être présentes pour expliquer les risques. Il faut faire confiance aux organisations syndicales et aux manifestantEs pour prévoir des manifestations ou des réunions « saines » s’il doit y en avoir. Et il faut donner les moyens pour que les mesures barrières soient réalisées correctement.

Le confinement ne doit pas être synonyme de prison. Il doit, au contraire, être l’occasion de remettre au centre des choix politiques ce qui est le plus important pour la collectivité : la vie des gens (au sens large). C’est pourquoi je m’oppose à toute dérive totalitaire du gouvernement (y compris par voie de manifestation si besoin), tout en défendant une politique sanitaire et sociale à la hauteur des enjeux.

Alexandre Raguet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale