Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 oct. 2016

Le dur labeur des 500 parrainages...

2017 approche. Le NPA a décidé de présenter Philippe Poutou à l'élection présidentielle. Au-delà des idées, du programme, ou de l'intérêt politique que chacun peu avoir pour cette candidature, nous (les militants du NPA) voici plongés dans de longs mois de travail au près des élus des petites communes de l'ensemble du territoire.

Alexandre Raguet.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un frein à l'expression démocratique qui doit interpeler plus largement que les rangs des "petits partis". 

Le NPA n'est pas la seule organisation politique à connaître cette galère. Même Mélenchon, crédité d'un score à deux chiffres dans les sondages, a du mal à recueillir les précieuses signatures. La loi, telle qu'elle est, ne garantie pas la présence des courants politiques significatifs du pays. Et en 2017, ça sera encore plus difficile, puisque les noms des maires seront rendus tous publics, et que c'est les maires eux-mêmes qui devront envoyer leurs parrainages au ministère - alors qu'avant nous les récupérions un à un et allions les emmener nous mêmes...

Le PS, qui devait apporter de la proportionnelle, pour permettre une meilleure représentation politique, a, en fait, durci les barrages administratifs pour empêcher les « petits » candidats de se présenter. Et a oublié la proportionnelle. Comme il a oublié le droit de vote des étrangers. Autant d'oublis qui éloignent un peu plus la démocratie dans ce pays. Et dire que c'est « la gauche » qui mène cette politique...

Je profite de publier ce petit texte car je suis, au moment où j'écris ces lignes, dans le département de l'Indre, où je recherche quelques signatures de maires. C'est un peu mon carnet de bord. La journée est d'ailleurs peu fructueuse, puisque seuls deux maires ont été rencontrés, et aucun ne nous a parrainé. En plus de l'Indre (que je fais exceptionnellement ce weekend, cf Antoine), je fais également mon propre département, la Vienne (cf Manon et Sourabad), et un morceau de la Charente dans le pays du Manslois et de la Boixe, où j'ai grandi (cf. papa Gégé, ou Papi cocotte, c'est selon). Ça fait du territoire ! On voit de beaux paysages. On fait de belles - et moins belles - rencontres. On sort un peu des sentiers battus de la politique. 
Heureusement, on se partage l'ensemble de ces villes et villages à plusieurs. Et je ne suis jamais seul lors des voyages. À deux, on se motive, on partage les kilomètres et on refait – un peu – le monde, entre deux albums de Renaud (pas le dernier, rassurez-vous !). 
Depuis le mois de septembre, j'ai ainsi dû rencontrer une quinzaine de maires, pour environ 70 communes visitées. Ça fait des kilomètres ! Ça fait du temps de donné ! Mais ça paye un peu. Une signature a été obtenue. Et on a quelques pistes ! Donc on lâche pas. 
Et puis, les maires sont, très souvent, des personnes sympathiques, avec qui nous discutons de la vie politique dans les communes rurales, de la casse des services publics, des écoles et des postes qui ferment... Beaucoup d'élus se retrouvent d'ailleurs dans notre démarche de dé-professionnalisation de la politique, puisqu'ils sont, eux-mêmes, des travailleurs – ou retraités - en plus d'être élus. 
Mais beaucoup d'élus refusent de parrainer, aussi. Par peur, assez souvent. Et les peurs sont diverses. La peur du PS, la peur des élus du conseil municipal, la peur de s'afficher, la peur du « qu'en dira-t-on ? ». Il faut alors argumenter et rassurer. Ainsi, on obtient... un second rendez-vous. Et un second voyage. C'est aussi ça, la recherche des parrainages. Pendant que les « grands » partis apparaissent publiquement, nous, on est des centaines à "perdre du temps" sur les routes. Même si le temps n'est jamais vraiment perdu. Et quand on aura les signatures, on aura au moins gagner le droit d'aller rappeler aux politiciens professionnels qu'on n'est pas plus bêtes qu'eux – sans doute l'est-on même moins – et que la politique est aussi notre affaire.

Comment ça marche, la recherche des signatures, concrétement ? D'abord, c'est mieux d'être retraité, ou du moins d'avoir du temps. Sinon on pose des congés (c'est ce que je fais). Ou on y va les weekends. Il suffit de choisir un canton, de noter les villages qui le composent, de chercher les noms des maires, leurs étiquettes, les horaires d'ouvertures des mairies, de prendre les adresses personnelles des maires et leurs numéros dans l'annuaire... Puis, on se munit du matériel adéquat : la lettre de Philippe Poutou (signée aussi par les portes-paroles), le document de pré-formulaire à faire signer, une carte routière (si on connaît mal le territoire), un téléphone portable, du papier et des crayons pour noter tout ce qui peut être utile, ou pour laisser des mots personnels lorsque l'on connaît les élus. Vraiment, ça vaut le coup de se battre pour imposer une candidature anticapitaliste portée par un ouvrier et pour montrer que malgré leurs freins, nous pouvons relever le défi. C'est d'abord un défi militant. Et, à la vue de la crise politique que nous vivons, il est impératif de faire exister autre chose, une autre voix-voie, non-professionnelle de la politique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal — Santé
Vaccination à marche forcée : antidote sanitaire, toxicité démocratique
Certains récalcitrants au vaccin, actifs ou passifs, minorent son utilité sanitaire. Mais les partisans de l’injection sous pression négligent ses conséquences démocratiques, alors que la nouvelle vague touche des populations inégalement protégées.  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau