Monologue du cavalier noir, enfin d'un mec sur sa monture

Ziz zag entre les feux,

je t'emmerdes toi et ton tank !

Mon territoire s'étend bien au delà ce que tu peux voir,

tu ne sens rien, ton regard est sale !.

.... Plus loin

Deux somptueux sourires, allez je redescends,

récupère ma monture, le ciel est gris.

Une nuée de corbeaux, je viens de mater Vikings,

un signe noir tout droit venue du vallllllllaaaaha !!

Tu veux qu'on aille plus loin, descends de ton pied d'estale toi et des deux larbins de gros bras.

Je fabule, tiens le regard, un sourire et rien ne se passe. Je repars

Rien à ajouter: puis une pensée.

  Solide et souple

  viril mais pas macho

   doux mais pas fiotasse,

   Intelligent mais pas condéscendant.

   Vigilant mais pas méfiant,

   le feu enfin libéré mais qui ne te consummes pas

         guidé par la lumière et non esclave de la peur.

J'espère être digne de tout cela ou du moins une bonne partie, le chemin continue.

  Les moteurs s'estompent, la lune fait son apparition et demain ? Ben demain on recommence

        bises bises.

  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.