Surveille moi avec plaisir, je suis un esclave consentant !

Expression, légère description sur la proposition de loi sécurité globale et les implications sur nos vies.

Un petit point sur ce qui se passe dans ce pays depuis quelques années de mon point de vue étaillé par des faits vérifiables par tous.

3 500 millions d'armes venduent par la France à l'Arabie Saoudite en 2014, le début du conflit entre le Yémen et l'Arabie Saoudite date de 2014. Entre 2008 et 2017, 40% des commandes françaises pour l'armement ont été réalisé au Moyen Orient. ( voir rapport sur l'exportation d'armes de 2018 ).

Ensuite en on revient sur la proposition de loi sécurité globale d'octobre 2020.

Depuis plusieurs années la sécurité s'est accrue pour des motifs injustifiés. En effet, on compte aujourd'hui 250 000 policiers et gendarmes nationaux ajouté à cela 165 000 agents privés de sécurité. Intéressons nous à ces derniers, les agents privés de sécurité par rapport à la loi et à leurs éventuels nouveaux pouvoirs et moyens d'agir.

Selon l'article 8: "les agents du Conseil National des activités privées de sécurité au même article sont habilités à recueillir ou à révéler l'identité et l'adresse de l'auteur présumé de l'infraction..." On a donc ici une extension des pouvoirs et attributions des agents publics exerçant dans le domaine de la sécurité basé sur la surveillance des civils, pouvoirs consolidés par l'article 23: " les personnes condamnées à une peine privative de liberté ne bénéficent pas de réduction de peines si ces infractions sont commises contre les agents du service public". On a donc un prolongement du pouvoir des agents investis des services publics soit un renforcement de l'autorité.

On poursuit avec la surveillance, extrait de l'article 22 sur les aéronefs donc les drônes que l'on voit partout désormais: " le public est informé des captations d'images sauf lorsque les circonstances l'interdisent ou que cette information entrainerait une contradiction avec les objectifs poursuivis". En d'autre termes on les utilise quand on veut et on se sert des "circonstances " au bon vouloir des autorités et à leur jugement impartial, je pisse de rire. L'article 24 vient renforcer l'article 22 je cite: " peuvent procéder aux traitements d'images au moyen de caméras installées sur des aéronefs, images conservées pour 30 jours lors d'une procédure judiciaire". A vous de juger...

Lire aussi sur le site Legifrance le journal officel lois et décrets du 01/01/2021 à titre informatif.

Alors me direz-vous: " que faire lorsque les lois que j'ai juré de protéger m'oblige à ne rien faire ? "   " La question, mon cher époux n'est pas de savoir ce qu'un roi, un père ou un mari doit faire, demande toi plutôt ce qu'un homme libre ferait ".  ( 300 )

J'ajouterai même: " la liberté au cas où vous l'auriez oublié est le droit de l'âme à respirer, quand elle ne peut pas respirer à fond, c'est que les lois sont trop étroites". ( Will Hunting 1997 ).

On se croirait pas un peu dans Black mirror n'est-ce pas ?

Je terminerai là-dessus: tu es comme un oiseau en cage, tu y es resté tellement longtemps que lorsque l'on ouvre cette cage, tu ne bouges pas alors arrête de me parler de liberté, tu ne serai pas quoi en faire.

A noté que je déteste les catégories, les classements, les groupes... je ne suis ni un drogué, ni alcolo, ni un gaucho, ni amateur de rave party, un anarchiste, un bourge, je ne sais pas vraiment où est ma place d'ailleurs dans cette foutue société. Je suis juste un gars épris de liberté et qui a envie de s'exprimer alors merci d'avoir pris le temps de me lire.  Bonne journée.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.