La mythologie du "colonisé"

Il est de bon ton de nos jours de voir la colonisation comme une invasion, une occupation d'un territoire précédemment libre et heureux. Les mythologies nationales - mensongères comme toutes les mythologies nationales/nationalistes, la française compris - en font une geste de l'occupation/libération sur le modèle de l'Europe de 40/45 envahie par l'Allemagne nazie, puis libérée avec le concours de résistances nationales.

Ainsi l'Algérie, comme la Palestine, auraient été progressivement occupées puis annexées par des intrus étrangers violant ainsi leur souveraineté. Ce genre de mythe, comme toute forme d'histoire/propagande, ne résiste pas à l'examen objectif. L'Algérie, avant 1830, n'existait pas en tant qu'état indépendant : c'était...une colonie! Une colonie turque, province désolée de l'empire ottoman, désolée parce qu'infestée de pirates (on l'appelait la "côte des pirates"), lesquels rançonnaient les bateaux et réduisaient à l'esclavage les chrétiens qui s'y trouvaient. Le proconsul turc, le dey d'Alger, étant incapable de mettre fin à ces exactions, ce fut l'un des buts - certes non le seul - de l'expédition française de 1830.

Idem pour la Palestine. Celle-ci, jusqu'en 1918, était une colonie turque. Elle devint ensuite, les vainqueurs de 1918 s'étant partagé les dépouilles de l'empire ottoman, un protectorat britannique. Les juifs, qui s'y installèrent à partir des années 20/30, n'envahissaient pas un territoire indépendant, mais bien administré par une puissance étrangère, qui, d'ailleurs, leur fut hostile (cf.l'affaire de "l'Exodus").

Parler de l'instauration d'un rapport nouveau de colonisateur/colonisé est, de fait, un mensonge au regard de l'histoire. Il serait plus juste de dire qu'une nouvelle puissance s'est substituée à la puissance précédente, le territoire concerné n'étant pas plus libre avant qu'après. Même chose pour l'Inde : les britanniques se sont bornés à prendre la place de l'empire moghol.

Tout ceci ne justifie en rien les horreurs de colonisateurs occidentaux; mais le colonisateur turc n'était pas meilleur. Le complexe d'Astérix, ce résistancialisme si français dans son inspiration, n'est autre qu'une réécriture ridicule de l'histoire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.