Le monde d'Emmanuel Macron c'est Hunger Games

Que racontent les blockbusters de science fictions ? Des histoires de pénuries de nourriture pour cause de cataclysmes climatiques divers ou d'infertilité des sols ou de maladie. Des histoires des machines dont on perd le contrôle. Des histoires de résistance des virus et d'épidémies dévastatrices.

Et comment ça se passe généralement ? Une caste de privilégiés arrive à s'en sortir et abandonne le reste de la population à son triste sort, mais parmi ces abandonnés un petit groupe se révolte et essaie que tout le monde s'en sorte.

Depuis les années 50 les auteurs de science fiction annoncent dans leurs œuvres ce que l'on voit apparaître maintenant dans la réalité. Et bien l'écologie c'est la pensée qui donne les solutions pour éviter les catastrophes qui servent de scenarios aux blockbusters.

C'est une chance formidable d'avoir sous la main les solutions pour mettre fin au dérèglement climatique, à la perte de la biodiversité et à l'épuisement des ressources naturelles. Les écologistes ont alerté sur ce qui risquait d'arriver mais les écologistes ont aussi un plan pour s'en sortir, un plan qui non seulement évite de foncer dans le mur mais un plan qui permet aussi de vivre mieux.

Depuis 1974 et le verre d'eau de René Dumont, les gouvernements se sont succédé et ont nié les problèmes.

Au fur et à mesure de la prise de conscience, l'attitude des gouvernements à évolué. Ils sont passés du mépris au dénis, puis du dénis aux promesses non tenues. Macron est le dernier avatar de ces dirigeants qui ne préparent pas notre pays et le monde à ce qui est inévitable, l'épuisement des ressources naturelles, et ce qui résulte du mode de développement qu'ils ont choisi, le dérèglement climatique, la pollution et la perte de biodiversité.

Ne pas préparer la France alors que les solutions sont là sous nos yeux est criminel. Des mesurettes ont été prises, mais rien qui ne remette en cause le système lui-même, or c'est ce système qui est à l'origine des problèmes. Les petits pas ne suffisent pas comme l'a très bien expliqué Nicolas Hulot.

Emmanuel Macron a compris qu'il devait faire croire qu'il agissait. Alors il triche et il ment, mais il n'agit pas. Il met un édredon sur les problèmes au lieu de les prendre à bras le corps. Il communique beaucoup sur ses petits pas mais se garde bien de faire les grands pas nécessaires.

En procédant ainsi Emmanuel Macron fait gagner du temps au vieux monde qu'il défend et dont il est le représentant en chef. Emmanuel Macron a choisi son camp, c'est celui des rentiers du siècle dernier, il ne veut surtout pas qu'émerge un autre modèle, alors il met sous perfusion l'industrie du nucléaire, il protège les constructeurs automobiles même lorsqu'ils trichent, il fait des courbettes aux chasseurs et à la FNSEA.

Emmanuel Macron habille son conservatisme dans les oripeaux de la modernité. Il parle beaucoup d'écologie mais ne fait rien. Il fait un gouvernement de casting mais oublie d'avoir un bon scenario. Mais qui est encore dupe ?

Il n'y a pas plus grande urgence que de lever les masques. Il n'y a pas plus grande urgence que d'agir véritablement. Il n'y a pas plus grande urgence que de donner à l'écologie toute sa place.

Le nouveau monde c'est celui qui affronte les problèmes, Macron ce n'est pas le nouveau monde mais de nouvelles œillères.

La société qui se prépare c'est une société qui monte ses pans les uns contre les autres, qui fait croire au moyennement pauvre que le très pauvre est un danger pour lui, qui fait miroiter des solutions technicistes alors qu'on a déjà inventé les solutions du monde de demain, qui préfère construire des murs que d'agir pour éviter les réfugiés climatiques.
Et pendant ce temps, les amis du pouvoir, celles et ceux qui tiennent les manettes, réfléchissent à se bâtir des paradis artificiels sur des iles, pour fuir le monde qu'ils ont détruits, en s’affranchissant de plus en plus de la démocratie, de l'humanité et l'égalité.

Ce monde vers lequel nous mène la politique d'Emmanuel Macron et de ceux qui l'ont précédé ressemble beaucoup à Hunger Games.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.