Alexis Braud - 72
Élu local écologiste
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2021

Les cantines à Lyon comme révélateur d'élites qui ne veulent pas changer d'imaginaire

Un gros énervement vis-à-vis de l'armada gouvernementale pour défendre les steacks hachés congelés dans les cantines lyonnaise en dépit de l’honnêteté, de la vérité... et de leurs propres mesures, et du coup un thread rassemblé hier car c'est la forme la plus adaptée.

Alexis Braud - 72
Élu local écologiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maintenant que tout a été dit sur la manipulation, les mensonges et la bétises autour de cette histoire des cantines, il faut parler du vrai sujet : on ne pourra pas faire évoluer la France en ayant aux manettes des personnes qui encouragent le blocage général de l'imaginaire.

La France est à un tournant historique. Alors les conservateurs se crispent et se rassurent en regardant en arrière, une majorité a conscience du changement qui vient mais se demande comment faire, tandis qu'une minorité a un peu d'avance sur la manière d'emprunter le virage. Et puis il y a les pires, celles et ceux qui savent bien qu'il faudra évoluer, qui d'ailleurs s'en sortiront très bien personnellement, mais qui pour des petits intérêts politiques à court terme encouragent les inquiets plutôt que de les aider à l'être moins.

La fausse affaire de la viande, mais ça aurait pu être avec des places de parking, une réforme de l'orthographe, des éoliennes ou la féminisation d'un mot, a été un très bon révélateur du changement profond qu'il va falloir opérer dans la classe politique. La viande c'est sérieux.

Manger de la viande est indispensable pour être fort et en bonne santé. Pour être un vrai homme quoi. Et puis c'est aussi une forme de devoir national vis-à-vis des paysans, les vrais qui mangent des cailloux, pas comme les maraichers. Tout cela est enraciné dans notre imaginaire.

Et pourtant tout cela est faux. On peut évidemment être en bonne santé sans manger de viande, ça ne fait pas devenir une femme ou pire, homosexuel. Et si on se préoccupait vraiment des éleveurs on ne signerait pas le traité avec le Mercosur.

Les maraîcher ont une petite surface, mais travaillent dure aussi et avec un rendement formidable.

Avoir conscience de tout cela est encore plus indispensable du fait du dérèglement climatique et des maladies liées à l'alimentation.

Le personnage politique essaie de guider son pays dans une direction qui le fait aller mieux. Le politicien fait au plus simple car il est préoccupé par son élection davantage que par le pays, il se contente donc de réveiller le cortex profond des gens. Bonjour Darmanin et ceux qui surfent la même vague.

Ils agissent comme le font des publicitaire au lieu de s'y prendre comme des pédagogues. La macronie n'a pas l'exclusivité de cela mais en a fait une art de vivre. C'est dramatique et tellement pas à la hauteur des enjeux.

La publicité dit que pour être un bon parent il faut donner le plus possible de viande à ses enfants, et aussi des boissons avec du sucre car ça fait plaisir. Et que les plats préparés c'est bon et pratique et équilibré.

C'est ainsi que les plus pauvres se saignent pour acheter des steaks hachés congelés de mauvaise qualité et ne mangent pas assez de légumes frais. Mais ça il s'en fiche Darmanin, il s'en fiche de l'obésité et de la mabouffe, il veut juste retarder le changement qui vient.

Tant que nous aurons aux manettes des politiciens qui confondent défense de la voiture individuelle et droit à la mobilité, qui resteront accrochés à une alimentation des années 60, qui promeuvent l'accès à la propriété payé en 30 ans à 25 km d'une ville, on ne s'en sortira pas.

Les artistes, les créateurs, les leaders d'opinion et influenceurs divers ont un rôle majeur à jouer : aider la société à faire évoluer son imaginaire, rassurer, montrer que l'avenir peut être chouette et que le chemin pour y arriver existe. Derrière le col on voit la mer.

Mais ceux qui ne veulent pas changer, parce que changer c'est aussi changer la manière dont le pouvoir économique et social est réparti, feront tout pour empêcher l'évolution, car c'est vital pour eux. Il faut les comprendre. Mais ne pas les excuser, et les foutre dehors.

C'est pour cela qu'ils achètent les médias, détruisent l'éducation populaire, ferment les musées et les théâtres en espérant faire disparaitre bon nombre d'artistes. C'est toujours ça de pris que les cerveaux n'auront pas.

Publication d'origine pour partager (éventuellement !) le thread

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire