Alexis Pelletier
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2020

Un dit de Mlash

Depuis la ville de Stantre, Mlash de façon irrégulière commente le temps qui ne passe pas, l'Histoire qui pourrait bégayer, l'horreur inadmissible

Alexis Pelletier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

parce que la certitude
c’est que le poème
se dresse
              contre la boîte de Pandore
qui toujours déjà est
de nouveau ouverte et
son cortège intolérable où
quelque chose de l’Histoire
bégaie
               contre l’abandon
qui un peu plus fort
à chaque instant vient saper
le commun d’être ensemble
               contre l’ignominie
première et qui fait perdurer
l’effroi

et celles et ceux qui diraient
que c’est être bien
optimiste sur les vertus
d’un tel poème
ne savent pas à quel point
il s’agit d’aller dans
l’impossible
et de contrecarrer toutes les
formes d’acceptation du
monde et tous les discours
totalisants dont on voudrait
l’affubler

il n’y a de place
                          dans la ténèbre
qui ne cesse de commencer
à environner si bien qu’on ne sait
même plus quand elle a commencé
d’être là et qu’elle se rappelle
à nous régulièrement par son
tombereau d’immondices
qui excite les belles paroles et
le feu de tout bois
                          que pour l’impossible
de ce dire

et dans la douleur qui paralyse
le poème dit au-delà de la stupeur
et de la colère
cet aujourd’hui de l’abandon
par celles et ceux qui gouvernent
de celles et ceux qui enseignent
par celles et ceux qui font l’événement
de ce celles et ceux qui pensent
et pleurent

aujourd’hui la douleur et
pour demain le refus de tous les
discours contraignants et d’où
qu’ils viennent puisque dans
le poème c’est d’abord à moi
d’être ma propre contrainte
et non à l’État qui faut à
la liberté de chacune & chacun

peut-être la poésie ne sauverait pas
le monde mais elle restera
cet impossible qui affirme avec
tous les corps
le tien le mien les nôtres
que l’être humain est
inconditionnel et que maintenant
toujours c’est en se tenant
les mains pour faire face

et tu vois que jamais il n’y a
de majuscule au poème
comme jamais à l’écriture
parce le lamento est trop facile
à celles et ceux qui soi-disant
sous le couvert en argent
de la défense de
nos valeurs
                    ils doivent d’ailleurs
mettre une majuscule
à celles-ci
                   achèvent d’instaurer
la servitude économique & volontaire
du peuple qu’ils nient

depuis le temps depuis
tout cet abandon et dans
l’impossible de l’écrit
je ne cesse de tendre les mots
vers toi sans dieu sans contrainte
et sans autre vertu que ta main
pour aujourd’hui toujours devant 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu