Alexis Pelletier
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2020

Dans le Dictionnaire historique de la langue française ou quelque chose de la terreur

Mlash écrit le plus souvent des poèmes. Parfois de la prose. Depuis son bureau de la ville de Stantre, il réagit à l’époque, de façon très irrégulière. Aujourd’hui, le comportement de celles et ceux qui président à la France le plonge dans un dictionnaire.

Alexis Pelletier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le linguiste Alain Rey est mort, il y a quelques semaines. On peut penser que sa voix qui respirait l’intelligence et la vie, en même temps qu’un sentiment très musical de la langue, aurait réagi à ce que nous vivons, aujourd’hui en France, dans une République rendue exsangue par celles et surtout ceux qui la gouvernent.

Dans le Dictionnaire historique de la langue française, dont la première édition remonte à 1992, Alain Rey avait fait paraître un article consacré aux mots terreur et terrorisme (volume II, pp. 2107b & 2108a). On y lit les réflexions suivantes. Et personne n’ira dire qu’elles émanent de je ne sais quel ultra-gauchisme, fantasmé par le pouvoir pour s’arroger le droit de liquider la démocratie en France.

Pour le mot terreur, Alain Rey, après avoir rappelé l’étymologie du terme, signale que ce mot est, « comme le mot latin, employé pour le sentiment de peur intense, d’où terreur panique (1625) et pour l’objet qui l’inspire (1587) ». Tout le monde en conviendra et les dates ont le mérite de dire quand les mots apparaissent dans la langue écrite.

Alain Rey continue ainsi : « Depuis 1789, le mot désigne l’ensemble des moyens de coercition politique maintenant des opposants dans un état de crainte ; spécialement, la Terreur est le nom donné au régime instauré en France entre septembre 1793 et juillet 1794, pendant lequel des mesures d’exception furent en vigueur (emploi attesté en 1794).
Les quelques mots dérivés de terreur datent de cette période révolutionnaire.
TERRORISME n.m. est attesté depuis 1794 au sens de « régime de terreur politique », parallèlement à TERRORISTE n. et adj. (1794) qui désigne le partisan, l’agent d’un régime de terreur. Par extension, les deux mots s’appliquent aujourd’hui à l’emploi systématique de mesures violentes dans un but politique (1876, répandu vers 1920). Ils s’emploient par métaphore, par exemple dans le syntagme terrorisme intellectuel (v. 1950). »

J’arrête là ma citation. Je lève la tête, je vois par la fenêtre de mon bureau que le monde se tient là. Les arbres ont perdu leurs feuillages, l’air est frais et en même temps charmant. Et pourtant, il faut baisser la tête à nouveau et voir ce qui arrive tous les jours en France, depuis l’élection de l’actuel Président de la République.

Comment, en effet, qualifier des déclarations incessantes, des mesures et des lois qui visent à nier toute forme d’opposition, qui cherchent à mater les voix qui s’opposent en usant de menaces claironnées par une partie de la presse au service de ce pouvoir, qui facilitent les débordements de l’État souverain en donnant un cadre légal à la violence policière et à toutes les exactions possibles ?

Les pages du Dictionnaire que je lis avec passion pourraient bien donner la réponse. Et les Historiens d’après-demain constateront que face à ces violences inadmissibles qui jalonnaient notre présent, quelques-uns essayaient de lutter contre le charnier qui vient.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Accusé d’agressions sexuelles, le candidat instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage d’Éric Zemmour tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz