[CMé 05/10/20] Amazon, Veolia... retour sur le Conseil

Retour sur mes votes à la Métropole. Une séance intéressante ! Il y a eu de vrais débats de fond. Je ne reprends pas les 44 délibérations votées ni les 5h30 de séance, naturellement... Normalement, l'ensemble des élus municipaux ont reçu les documents. Plusieurs délibérations n'appelaient pas de votes, simplement des communications et un débat.

1. AIDONS LES PETITES ENTREPRISES, LES ASSOCIATIONS... QUID DES LOCATAIRES DU LOGEMENT SOCIAL ??

Nous avons voté l'exonération de loyers sur les baux commerciaux détenus par la Métropole pour amortir les effets de la crise économique sur le commerce local. Cela permet aussi d'aider les petites associations qui dépendent souvent de locaux loués par la Métropole, notamment dans la boucle elbeuvienne. On peut s'interroger sur les baux comparables à Sotteville, et également sur le volet totalement absent de l'aide à apporter aux particuliers et locataires du logement social dans cette période très difficile !

POUR

 

2. LE HOCKEY A LE HOQUET

Une délibération a porté sur le financement du sport professionnel, notamment le hockey. Il y a de réelles réticences sur la professionnalisation et la transformation du sport en "showbiz" dénaturé et artificiel. Ceci dit, le sport professionnel sert tout de même de vitrine pour encourager le sport amateur et permet d’augmenter son attractivité, ce qui peut donc justifier des subventions.
Seulement dans cette délibération, le montant proposé est très élevé, et certaines parties de la subvention étaient franchement indécentes. Il y a par exemple des actions de maraude des hockeyeurs auprès des SDF qui sont subventionnés à plusieurs dizaines de milliers d'Euros.  C'est clairement une méthode déguisée de subvention pour le club de hockey de Rouen derrière des prétextes fallacieux. On apprendra ensuite que le club paie 150k€ de redevance auprès de la patinoire, et que ces subventions permettent d'une certaine manière de "compenser" cette redevance.

Bref, tout ça ne tient pas debout, j'ai voté CONTRE tout comme le reste du groupe.

 

3. L'ETAT NE FAIT RIEN, SOYONS UN TERRITOIRE ACCUEILLANT POUR LES MIGRANTS

La Métropole a rejoint l'association ANVITA DES VILLES ACCUEILLANTES pour participer et soutenir un accueil digne des migrants. L’Etat est absent et même malveillant sur ce sujet. Il faut donc augmenter les capacités d’accueil et soutenir les associations qui travaillent d’arrache-pied sur cette question, tant auprès des adultes que sur les mineurs non accompagnés. Le 76 devrait aussi porter plainte, comme d’autres départements l’ont fait : les enfants doivent être protégés. POUR.

 

4. L'ECOQUARTIER FLAUBERT : CONCERTATION NON CONCERTEE

Sur l’écoquartier Flaubert. La concertation en cours n’est pas menée de la bonne manière, avec un mépris des élus rouennais et métropolitains en charge de la démocratie locale. Ni la méthode ni le périmètre de la concertation n'ont été discutées, alors que ce projet est absolument majeur pour notre territoire et a été martyrisé par Lubrizol ! Le président n’a pas voulu répondre aux nombreuses interpellations du groupe écolo ce qui a provoqué des remous dans l’assemblée.

 

5. TRANSDEV S'EN MET PLEIN LES POCHES DEPUIS 25 ANS


Une bizarrerie locale : la SOMETRAR  est la société financière qui gère les recettes et les dépenses du réseau de transport urbain TCAR. Bref, c'est Transdev, mais ces acrobaties financières permettent probablement de protéger les profits des regards trop curieux. D’après Cyrille Moreau, 8M€ ont été investis en capital dans la société pour 30 M€ de recettes depuis 91 (sic) soit un rendement du capital très confortable vous en conviendrez ! On note également des frais de siège à 2M€ pour le plus grand plaisir des actionnaires. Cette situation rappelle l’intérêt d’une régie des transports, comme n'a pas manqué de le souligner Manuel Labbé.
Je rejoins Manuel Labbé aussi quand il rappelle que la fraude, en légère augmentation, montre que des populations ont des difficultés pour se payer les transports en commun.
Cette situation appelle à l'extension de la gratuité du transport en commun, pas seulement le samedi qui est fléché pour la consommation !

 

6. TROP DE DECHETS ; STOP AU MONOPOLE VEOLIA

J'ai fait une intervention sur les déchets et le rapport sur la qualité et le prix de la gestion des déchets.

"Le rapport sur le prix et la qualité de la prévention et de la gestion des déchets ménagers montre un léger infléchissement du tonnage de déchet, avec -1,2% par rapport à 2018, soit -3500t.

Ce résultat, a priori positif, est un leurre puisqu'en réalité le tonnage est plus élevé qu’en 2010, alors que nous étions censés l'avoir diminué de 10%, comme l'explique le document. Notre territoire ne parvient donc pas à diminuer les déchets produits, ce qui est imputable au manque d’ambitions en la matière. Le compostage reste de l’ordre de l’expérimentation par exemple, et n’est pas organisé efficacement pour décoller et réduire efficacement la production de déchets ménagers. Pourtant, la gestion des déchets organiques ; en particulier par le compostage, est une des clés pour engager une baisse forte et ambitieuse des déchets.

Surtout, la baisse de tonnage est en grande partie imputable à la baisse des déchets verts, dont la diminution depuis 4 ans n’est guère expliquée dans le rapport. On en a peut-être une à proposer : cela correspond aux sécheresses à répétition que notre territoire connaît depuis cette période. En outre, on note un ralentissement économique sur cette même période, ce qui a également tendance à réduire la production de déchets. Bref, cette légère baisse n’est pas un résultat de la politique de la métropole.

Notons tout de même la baisse très forte de la contribution des collectivités au budget. C’est une bonne chose. Subventionner des déchets qui ne cessent d’augmenter n’était pas acceptable. Gageons que cette diminution continue de se poursuivre afin que les déchets se financent par eux-mêmes, comme dans les autres collectivités.

Je voudrais également porter votre attention sur l’effusion qui prend le capitalisme français et qui nous concerne au premier chef. Veolia est en train de réaliser une tentative d’achat de son seul concurrent d’envergure, Suez. Ce duopole pose déjà de nombreux problèmes, d’entente notamment et de captation du marché. Mais si Veolia réussit sa prise de pouvoir sur Suez, cela conduira à la constitution d’un monopole sur les déchets dans notre pays. Veolia pourra dicter sa loi, ses conditions, ses tarifs auprès des collectivités qui se retrouveront dans l’incapacité de négocier. Cette situation est inacceptable et incompréhensible. Qu’on ne nous serve pas l’argument spécieux du champion national : Veolia et Suez sont déjà respectivement 1er et 2ème mondial dans les services à l’environnement !

Constatons également que notre métropole pourrait être en pire position dans cette affaire. En effet, cette partie de Monopoly financier (je reprends les mots de l’intersyndicale) concerne également le secteur de l’eau qui va être entièrement chamboulé dans notre pays par cette prise de tentative d'achat hostile. Suez va revendre son activité eau au fond d’investissement Meridian, fonds d’investissement habitué à la prédation sur les infrastructures de toutes sortes. La ressource en eau, vitale et mise en danger par les multiples effets du réchauffement climatique et de l'activité humaine, doit être dégagée des mouvements désordonnés des marchés financiers. La Metropole, avec sa régie de l’eau, est à l’abri de ces mouvements financiers. Voilà qui devrait être une source d’inspiration pour le secteur des déchets !"

7. CONTRE AMAZON ET SON MONDE

Nous avons longuement débattu de l'Enquête publique sur l'installation de la base logistique Amazon cachée derrière l’entreprise Gazeley à Petit Couronne . La discussion a été vive mais intéressante, entre le fait d'avoir des emplois immédiatement et les conséquences écologiques, sociales et même économiques sur le territoire !

L'usine à colis telle qu'elle est conçue prévoit un entrepôt de 160 000 m², soit un des plus grands entrepôts d'Europe. A titre de comparaison, le Stade de France s'étend sur 100 00 0m², le jardin de plantes sur 85 000m², le parc des bruyères sur 180 000m². Ca vous donne une idée !

Ce qui a été principalement relevé, en plus du flux de camions démentiel provoqué par cet équipement, c'est le risque sur l'emploi et le commerce local. En effet, l'objectif d'Amazon est d'aboutir à une livraison en une heure (tu cliques, tu l'as une heure après...). Vous avez froid chez un ami ? Acheter chez Amazon une petite écharpe, le temps de finir l'apéro elle sera sur vos épaules pour le reste de la soirée. Bref, avec Amazon, c'est l'extension infinie du consumérisme et le risque évident d'asphyxier les commerces locaux. Amazon mise aussi de plus en plus sur l'alimentaire et sur les chaînes logistiques froides avec des partenaires comme Monoprix ou Casino. Le risque sur l'emploi local provoqué par un tel entrepôt est réel. Cela fait des années que chacun s'accorde à faire porter la responsabilité de la dévitalisation des centres bourgs aux grandes surfaces qui viennent s'implanter en périphérie : sommes-nous prêts à répéter les mêmes erreurs ?

De plus, les perspectives d'emplois ne sont pas du tout si mirifiques. L'automatisation d'Amazon est un de ses investissements phares, avec des projets tous azimuts en ce sens comme le premier magasin sans salariés ouvert aux USA. Le nouveau site Amazon de Brétigny compte pas moins de 4000 robots qui viennent soit suppléer le labeur humain, soit carrément le remplacer... Les entrepôts d'Amazon ont bien changé en 8 ans. Les entrepôts n'ont plus de larges allées, bien inutiles pour des robots ce qui permet de compacter et d'augmenter la cadence, rentabiliser le moindre m² et d'éviter de recourir à du personnel. Bref, la productivité grimpe sans cesse, mettant en péril justement de nombreux emplois.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le système Amazon. Je vous livre un dossier très éclairant à ce sujet des Amis de la Terre sur la fraude à la TVA, sur les conditions de travail, sur l'évasion fiscale systématique de l'entreprise, sur le dumping en tout genre... Bref, toutes les raisons qui nous fondent sur l'hostilité que nous portons sur cette multinationale qui ne vise pas moins à détenir le monopole du commerce en ligne.

https://www.amisdelaterre.org/campagne/amazon-surproduction/

2019-07-02-action-amazon-paris-mariepiarieublanc-8485-1200x800.jpg

Amazon vend tout, même la planète ! | Les Amis de la Terre

Amazon pratique un gaspillage de masse et entretient la société du tout jetable responsable de près de la moitié de nos émissions de gaz à effet de serre. Le géant de la vente en ligne est une des plus grandes multinationales au monde : elle joue un rôle majeur dans notre modèle consumériste.

www.amisdelaterre.org

 

La Métropole de Rouen a décidé d'appeler à voter un avis DEFAVORABLE à l'issue de l'enquête publique pour l'installation d'Amazon. Nous avons donc voté POUR l'avis DEFAVORABLE !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.