La recette du cordon bleu industriel : bon appétit !

La recette du cordon bleu industriel, miam !

"Une escalope de dinde, du fromage, du jambon, de la chapelure et un œuf : pour préparer un cordon bleu, il faut cinq ingrédients. Mais celui du supermarché en compte plus de trente. Un quart est constitué de chapelure, non pas de vrai pain, mais d'eau et d'amidon modifié. Il n'y a plus de viande, que de la préparation de viande : un aggloméré de peau, d'aile et de cuisse, de dextrose, de fibre de blé pour la texture (les fibres retiennent l'eau et gonflent artificiellement le produit), de sels nitrités pour la couleur et la conservation - l'emballage indique pourtant "100% filet de poulet".
Plus de fromage, mais une préparation fromagère qui contient des additifs pour la brillance et le fondant, des agents tensioactifs comme les sels de fonte pour que la préparation soit plus homogène, des conservateurs (polyphosphates et citrates de sodium), un correcteur d'acidité, un émulsifiant, des arômes, des colorants, du sucre, du glutamate. Pour fabriquer le jambon, on utilise un additif pour la conservation - sauf que l'odeur obtenue n'est pas parfaite, donc un autre additif ; le résultat est trop élastique, donc encore un autre... qui rend le jambon trop acide. L'indispensable correcteur d'acidité modifie à son tour la couleur. Un pigment ferra l'affaire. Une affaire infinie, une affaire d'assemblage, mais plus de cuisine."

Issu d'un excellent article du Monde diplomatique sur l'alimentation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.