Alexis VERNIER
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2021

Mort Uber Eats, mort anonyme

Alexis VERNIER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis allé ce soir à la rencontre de livreurs Uber eats. Pour voir ce qu'ils avaient à dire sur le drame à Sotteville, où l'un des leurs est décédé jeudi dernier. Pour voir si ça leur évoquait quelque chose. Un commentaire, une idée, une colère. Surtout, pour en savoir un peu plus sur ce livreur, pour les écouter.

Après m'être renseigné, je me suis aperçu qu'on ne savait généralement rien de ces morts invisibles. Dans l'article d'Actu et du PN, le prénom de la victime n'est même pas mentionné. Une manchette dans un journal,

Un coursier est décédé de...

A été retrouvé à ...

Fin de l'histoire.

Même Uber feint de ne pas être au courant. On achète une identité à un "Français" et on roule sous un faux nom. Celui qui tombe ? Connais pas.

Il avait 41 ans, venait du Nigéria. Il laisse derrière lui 4 gosses et une femme. Il s'appelait comment ? "Je sais pas, on l'appelait "mon frère", il était assis là sur ce banc et attendait la commande". A la fin je trouverai d'autres Nigérians qui me donneront son prénom : Chahi. Par pudeur, je n'ai pas osé en demander davantage.

Conversation étonnante avec l'un des travailleurs. Il me parle de Macdo qui n'a pas de goût et du "capitalisme" que le fast food industriel représente à ses yeux.

- Et Uber ? lui demandai-je

- Uber ? C'est un logiciel. Juste un logiciel.

- Et pourquoi ton frein avant est décroché ?

- Il déconne, mal serré. La roue est voilée ça frotte, ça freine trop. Si je suis trop lent, Uber filera les commandes à un autre.

Pour prendre la commande, il faut avoir les yeux rivés sur l'écran. C'est à celui qui coche le plus vite. Celui qui roule le plus vite. L'algorithme est glacial, la concurrence est organisée entre les coursiers.

Ils ont "la rage au coeur" mais ne savent pas vers qui la porter, cette rage. "Pas la peine de se plaindre" me répète l'un, de toute façon t'as choisi de travailler pour une plateforme, t'es dedans ou tu dégages. Il trouve ça normal ? J'en sais rien, je crois pas mais s'il a envie de parler, il n'a pas le goût pour le bavardage qui de toute façon ne changera rien. Pourtant, c'est lui qui me retient et revient sans arrêt à la charge sur la "rage au coeur".

- Le gars là, tu le vois ? il s'est fait renverser ce matin. Il cache, avec son manteau, la blessure à l'épaule. Moi je me suis fait renverser 2 fois. Les automobilistes nous renversent et ils se cassent.

-Et la responsabilité d'Uber là-dedans ?

Uber ? C'est un logiciel. Juste un logiciel. Uber ? Il n'existe pas. L'argent tombe si t'es pas tombé avant. C'est juste ça Uber. Tomber ou pas, pour tout, pour rien on prend le risque, pas grave cousin.

Leur parlez pas de salariat et de protection sociale. Délire d'utopiste. Ca c'est un truc de gens installés, qui ont le temps de se projeter. Ici, c'est le monde de la débrouille, 3€ la commande, ça roule, la prochaine course sera à 4 balles qui sait. Et demain, qu'est-ce que t'en fais ?

Lendemain ? C'est pas le problème, on vit au jour le jour

On n'a pas le temps ou on perd de l'argent, les autres le prennent

Que font les rappeurs, qui parlaient de la détresse et de la vie de débrouille ? Au moins, il faisaient sortir hors des murs les galères de tous ces gens. Ils sont devenus inaudibles. Invisibles.

Invisible.. Vraiment ? Pourtant on les voit sillonner nos rues, ils sont là, en plein centre ville. Ils ne sont pas enchaînés dans des usines à l'autre bout du monde. On a juste appris à ne plus les voir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra