[METROPOLE DE ROUEN] Le PLUi a été voté !

Hier soir, jeudi 13 février, les élus métropolitains ont voté majoritairement (120 voix sur 157) pour le Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi). Le texte du PLUi réserve notamment 1020 hectares de terres agricoles aux aménagements urbains.

[ACTU] VOTE DU PLUi A LA METROPOLE

proposition-et-evenements-3


Sur ces 1020 hectares, 245 sont destinés au seul projet d'autoroute payante faussement appelé « contournement Est » sur les 250 hectares réservés pour « les infrastructures et grands équipements ».

Certains des conseillers métropolitains, dont le président Yvon Robert et la Première Vice Présidente Luce Pane, qui ont voté pour ce PLUi, prétendaient qu'il était obligatoire d'intégrer ce projet d'autoroute payante dans le PLUi parce qu'il a été déclaré d'intérêt public. Mais ce sont eux qui ont permis que ce projet soit déclaré d'utilité publique !

Rappelons également que cette autoroute payante qui risque d'artificialiser 245 hectares de terres agricoles, si elle aboutissait, serait ensuite remise entre les mains d'un concessionnaire privé.

Ce concessionnaire privé recevra une compensation sur fonds publics si le montant collecté sur les péages ne lui permettait pas de gagner suffisamment d'argent.

Les Sottevillais.es usagers de cette infrastructure inutile et polluante, dévoreuse de terres agricoles, paieront donc trois fois ce projet imaginé dans les années 1970, à l'époque du « tout bagnole ».

- Ils paieront tout d'abord en tant que contribuables car le projet sera financé par l'argent public (500 millions d'euros sur un coût global de près d'un milliard, 65 millions d'euros pour la seule Métropole).
- Ils paieront enfin en tant qu'usagers en acquittant un péage.
- Ils paieront encore en tant que contribuables en versant une compensation au « pauvre » concessionnaire et à ses actionnaires qui n'auront pas engrangé suffisamment de profits…

Cet argent public dilapidé au seul bénéfice des camions et des actionnaires d'un groupe privé pourrait être investi de manière plus vertueuse. Ce milliard pourrait par exemple servir au développement des infrastructures de transports collectifs ou pour le fret ferroviaire.

C'est pour toutes ces raisons que nous sommes opposés à ce projet. Néfaste pour notre santé et néfaste pour les finances publiques.
Il en va de la préservation des sols, de l'eau et de la qualité de l'air.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.