Damien Adam ou le cynisme En Marche à Rouen

Les marcheurs tentent d'infiltrer la contestation sociale à Rouen.

Sentant que le bas peuple "sans-dent" commence à en avoir assez de l'idéologie, du dédain et des méthodes macroniennes, voici que certains d'entre eux essaient de retrouver une virginité sociale en faisant mine de soutenir certaines contestations sociales. Les marcheurs, malgré leur dénomination, ne sont pas encore dans les manifestations populaires mais ils essaient de donner le change sur le terrain afin de simuler une certaine "proximité" avec le peuple.
Ainsi, Damien Adam, député En Marche de la 1ère circonscription de Rouen, est venu à la rencontre des salariés de New Look samedi 15 septembre. Cette enseigne est détenue par le richissime M. Singh, un britannique dont la fortune est modestement estimée à 400 M€. La semaine dernière, sans concertations préalables avec les syndicats et les salarié.es de la boîte, les dirigeants rapaces de cette chaîne de prêt-à-porter ont décidé de se retirer du marché français, ainsi l'enseigne de Rouen située sur la rue du Gros Horloge a dû fermer ses portes en une semaine à peine ! Quelle honte ! Quelle sauvagerie ! Le magasin des Docks a pour sa part un maigre sursis. Ces vautours traitent leurs salariés comme quantité négligeable, sans se soucier de la détresse sociale et morale à laquelle ce type d'annonce peut les emmener.

Il s'est dit, lors de cette affaire, que ces mœurs patronales scandaleuses seraient la norme outre-manche, terre où a sévi Mme Thatcher, chantre de l'ultralibéralisme débridé et personnage follement apprécié de Macron et ses suiveurs.

Dans cette situation, M. Adam est venu à l'enseigne samedi après-midi pour leur assurer de son "soutien" face aux méthodes "brutales et inhumaines" de la direction de New Look. Les mots sont durs et tranchent avec la langue macronienne, surtout qu'ils s'adressent à des dirigeants devant lesquels, d'ordinaire, les éloges sont de rigueur chez les marcheurs. M. Adam trouverait-il de nouvelles inspirations ? Se laisserait-il tenter par Lutte Ouvrière ? Dans son adresse aux salariés, il en appelle même à la bolchevik Muriel Pénicaud, ministre du travail, afin qu'elle vérifie si "les procédures ont été respectées par l'entreprise New Look". Entendre : les procédures sous-jacentes au Code du Travail, ce fameux code qui, d'après Mme Pénicaud, ne sert qu'à "embêter 95% des entreprises". Ainsi le code du travail retrouve soudainement des odeurs de sainteté chez les macronistes rouennais. Être défendus par la ministre en personne, quel honneur ! Audacieuse, peut-être leur proposera-t-elle de traverser la rue pour retrouver un emploi ?

Adam devant l'enseigne New Look Adam devant l'enseigne New Look

Après ses écarts de langage sur les chômeurs, M. Adam cherche dans cette sinistre affaire à retrouver un second souffle social. On n'oublie pas que votre gouvernement est celui qui a plafonné les indemnités de dommages et intérêts suite à un licenciement abusif lors des ordonnances de septembre 2017, de telle sorte que les salariés lésés par l'affaire New Look toucheront moins d'indemnité par votre faute. Le rôle du député est de voter les lois et d'agir en cohérence avec ses propres votes. M. Adam s'indigne des méthodes de voyou des dirigeants de New Look tout en chérissant les causes de ce comportement que sont les attaques verbales et législatives contre le code du travail. Les macronistes légitiment ces agissements antisociaux en favorisant un sentiment d'impunité chez ces puissants.

Damien Adam, si vous voulez sincèrement soutenir les salariés dans leurs luttes évitez de les attaquer à l'Assemblée Nationale, cessez de leur retirer les armes légales que sont les prudhommes, le code du travail et les conventions collectives et arrêtez de couvrir de trésors et d'honneurs les ploutocrates qui se gavent sur le dos des pauvres.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.