[CMu] Sotteville - Problème de crêche à Sotteville lès Rouen ! [10 juin 2021]

Le dernier Conseil municipal s'est tenu le jeudi 10 juin. En voici notre compte-rendu !

En vidéo ici ->> https://fb.watch/v/2RfM2recz/

Au sommaire :

- La crèche "les souris dansent" : Non à la baisse du nombre de places !

- Lutte contre le chômage : nos propositions de politique générale

- Le Trianon : pour une politique culturelle inclusive

- Des tickets restaurants pour les agents sans alternative

1. Les souris dansent toujours mais moins nombreuses ! A quand un service public complet de la petite enfance ?

Loïc Cappe et Véronique Christol :

On pourrait se réjouir du déménagement de la structure "Les Souris Dansent". En effet, les locaux situés rue Jules Guesde n'offraient plus les conditions ambiantes et surtout sanitaires nécessaires à l'accueil de nos jeunes enfants. Il devenait donc urgent de trouver une solution.

Malheureusement, nous passons aujourd'hui d'un accueil de 15 à 10 enfants dont 8 en journée. Nous connaissons les nombreuses contraintes pour les structures de la petite enfance, notamment celles liées à la surface et au nombre d'occupants de l'établissement, mais nous connaissons aussi les besoins, comme nous l'avons abordé en séance de ce conseil en décembre dernier. La mairie avait d'ailleurs reconnu un déficit d'accueil avec des petits taux d'attente tout en se félicitant d'augmenter l'accueil au Oursons Malicieux de 5 places et d'élargir les horaires. Nous assistons donc à une régression en nombre de places et nous y opposons !

Aujourd'hui, on perd 5 places d'accueil dans ce quartier Buisson, qui nous le pensons, mérite une réelle présence avec de nombreux services pour répondre aux différentes demandes de garde pour nos jeunes enfants.

Nous pensons qu'il est temps de réfléchir à la création d'un véritable service public de la petite enfance. Notion de service public qui permettrait de garantir une offre égale sur toute la ville. Il manque d'ailleurs une loi-cadre, affirmant l’obligation d’offrir autant de  places en crèches qu’il y a de demandes, c'est aujourd'hui indispensable. Le multi-accueil devant être favorisé : donner la priorité aux crèches collectives doit s’accompagner d’une volonté de regrouper les autres modes de garde dans le cadre unifiant d’un service public  d’accueil de la petite enfance. Les assistantes maternelles doivent être mises à la même enseigne que les auxiliaires puéricultrices, notamment en termes de formation et de rémunération : leur rattachement aux structures collectives pourrait permettre d’ouvrir des « maisons de la petite enfance ». Les parents doivent être soulagés du rôle "d'employeur-client" pour devenir usagers du service public.

Ainsi, l’enfant pourra passer en douceur d’un mode de garde à un autre.Même si les choses avancent, si les conditions d'accueil s'améliorent, il reste encore beaucoup à faire et nous constatons aujourd'hui un recul en nombre de places offertes. C’est pourquoi nous avons voté contre cette délibération.

2. Lutte contre le chômage : Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée

Alexis VERNIER

La première délibération qui nous a été proposée porte sur le dispositif Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD). Ce dispositif est une démarche expérimentale, proposée par un collectif d'associations qui se propose de mettre en place des "Entreprises à But d'Emploi" sur le territoire. L'idée est simple :

- Le chômage coûte cher aux finances publiques (indemnité, minimas sociaux, manque de cotisations sociales...). ATD Quart Monde l'évalue à 36 milliards € chaque année, a minima.

- Le chômage est un drame pour ceux qui le subissent : augmentation du nombre de suicides et de divorce, difficultés pour se loger, se nourrir, se déplacer, etc.

L'objectif est donc d'utiliser le financement du chômage pour les salariés et les faire effectuer des tâches "non concurrentielles", afin de les réintégrer dans l'emploi. La commune se propose de participer à cette démarche et de cotiser à l'association : c'est le sens de la délibération.

Notre analyse :

Le sujet est plus vaste que les compétences municipales. A nos yeux, la lutte contre le chômage s'inscrit :

- dans le développement d'activités utiles pour la société : La santé, nos hôpitaux et EHPAD en ont besoin, dans l'agriculture biologique, pourvoyeuse d'emploi, dans la rénovation énergétique des bâtiments, dans la réfection des réseaux d'eau, etc. Il ne manque pas de travail !

- dans le partage du travail. les 35h ont créé, d'après l'INSEE, 400 000 emplois par exemple. Malheureusement, le zèle avec lequel de nombreuses mairies socialistes appliquent la loi des 1607 heures montre que ce n'est plus une priorité pour eux ! Nous dénonçons cette Loi de régression sociale.

Nous avons donc voté POUR, resterons vigilants à l'application de la démarche et demandé à ce que la Loi des 1607 heures soit combattue.

3. Le Trianon : pour une politique culturelle inclusive

Julie Godichaud

Le trianon transatlantique représente une richesse indéniable pour notre commune, aujourd’hui plus que jamais il est nécessaire que l’Etat et les collectivités soutiennent la culture et des structures comme celle-ci qui au-delà de l’offre de spectacles s’engage dans l’accès à la culture pour toutes et tous, pour l’éducation, pour le soutien à la création, pour favoriser une ouverture sur le monde et sur les différentes formes de musiques.

Concernant les droits culturels et l'égalité professionnelle les objectifs sont louables. Il est fait référence concernant l’égalité professionnelle au protocole du 22 novembre 2018, sans savoir dans quelle mesure il s’avère contraignant.

On peut en tout cas regretter que dans le tableau en annexe II qui décrit les champs d’évaluation et leurs indicateurs qu’il n’y ait pas d’indicateurs concernant l’égalité femme/homme ou même l’accès aux personnes éloignées du milieu de la culture auxquelles le projet du trianon souhaite s’adresser comme il l’est expliqué. En effet des indicateurs permettent de faire un état des lieux et de tendre vers des objectifs et ainsi valoriser les avancées en matière d’accessibilité.

L’’association HF Normandie œuvre pour repérer les inégalités entre les hommes et les femmes dans les milieux de l’art et de la culture et se mobilise contre les discriminations observées dans le but de favoriser l’égalité réelle, la parité et la mixité. Dans sa lettre ouverte adressée aux candidat.e.s aux élections municipales l’année dernière, elle émettait des recommandations parmi lesquelles instaurer, pour toutes les structures culturelles percevant des subventions publiques des objectifs chiffrés obligatoires de progression et prévoir des indicateurs relatifs à la place des femmes artistes parmi les artistes impliquée à toutes les étapes de la production culturelle.

Nous demandons l’intégration de tels indicateurs dans l’évaluation et le suivi prévu associant la commune à l’équipe de Direction de la structure.

Concernant les actions s’adressant aux jeunes, hors public scolaire, est il envisagé de construire un partenariat avec les missions locales qui accompagnent beaucoup de jeunes éloignés des structures scolaires et qui pourraient bénéficier des actions culturelles et médiations proposées.

Enfin, parmi les établissements scolaires, nous demandons à ce que le collège Zola puisse profiter également d’action en partenariat avec le Trianon, comme Jean Zay, seul cité dans la convention.

4. Des tickets restaurants pour les salariés de la ville sans alternative !

Alexis VERNIER

Nous avons été sollicités par le syndicat Sud au sujet des alternatives à la restauration collective. En effet, de nombreux agents de la ville ne peuvent aller, à cause de leurs horaires de travail, à la restauration collective Croq'Epic. Ils sont obligés de se débrouiller, sans subvention, en allant acheter des plats préparés ou en apportant leur gamelle. Dans de nombreuses collectivités (Rouen, le Département, etc), la collectivité fournit des ticket-restaurant aux agents pour pallier cette difficulté. Nous avons donc fait la demande à la ville que soit appliquée la même disposition à Sotteville. La mesure est renvoyée à plus tard, on reposera la question si cela n'est pas fait !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.