Quant à l'opportunité du fameux débat

Etait-il opportun de débattre avec Zemmour ? Faisons le tour des arguments. Sur l'idée qu'un débat avec Mélenchon "légitimerait" Zemmour, j'ai l'impression que beaucoup ont manqué quelques épisodes... Il est candidat, son manège à deux balles faisant croire qu'il ne l'est pas est une stratégie de campagne, voilà tout. Il a créé une association de financement, cherche activement des parrainages, fait coller des affiches de lui dans toute la France publie un livre qui est clairement une affiche électorale, fait des meetings... j'ai rarement vu des chroniqueurs faire coller des affiches à leur image ! A ce compte, Macron aussi n'est toujours pas candidat non plus. On peut aussi éviter de rentrer dans cette manoeuvre de communication et prendre au sérieux cette candidature.

Quand il n'était pas candidat, on entendait moins de critique à propos de Cambadélis des 9 ministres macronistes, Jack Lang, Jacques Attali etc etc qui sont allés débattre avec lui. Et pas n'importe où ! Sur CNews, chez lui, sur son plateau, et ça la FI l'a refusé ! Alors quand il n'était pas candidat, c'était acceptable, maintenant qu'il l'est, il faudrait attendre qu'il se déclare, c'est bien curieux... Il est trop candidat et en même temps pas assez candidat : en réalité comme souvent tout est bon pour tirer sur Mélenchon !

J'ai connu Mélenchon à la télé justement parce qu'il débattait avec l'extrême droite. Il a débattu avec Marine Le Pen en 2012, à plusieurs reprises, avec un courage évident, ainsi qu'avec Zemmour. Alors on peut faire comme avec Trump, pour lequel le même phénomène s'était réalisé : on le méprise, on essaie de l'entraîner dans des polémiques, on le toise à distance, et chaque polémique vient alimenter encore davantage sa base tandis que le champ politique se trouve radicalisé par ses provocations. En France, désormais certains dirigeants de la gauche se sentent obligés de parler de sécurité, d'immigration, de tenir une ligne de plus en plus dure et intolérante comme on a pu le voir avec la manifestation aux revendications factieuse de syndicats de police devant l'Assemblée Nationale. C'est ça la solution ? Se renier ou assumer une orientation humaniste ? Pour ma part, la réponse elle est vite répondue.

Mélenchon adopte une autre stratégie : montrer qu'il existe un contre discours, une alternative à gauche, sans compromission, un autre projet de société, progressiste, humaniste, féministe, écologiste et anticapitaliste.  Et je crois qu'il l'a fait avec un certain talent, comme souvent, car on oublie bien vite que s'il a fait de tels scores par le passé, c'est peut-être qu'il dispose de quelques qualités.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.