L'empire Facebook sur la nouvelle dimension

On croit, à tort, que le monde est composé de 3 dimensions. C'est quoi une dimension ? Une dimension, c'est une coordonnée. Si je vous dis "on se retrouve au deuxième étae de la Tour Eiffel", vous avez certes les 3 dimensions spatiales, mais il vous manquera... l'heure ! Ainsi, premier élément, il n'y a pas 3 dimensions, mais 4, la quatrième étant le temps.

Des coordonnées... Juste des coordonnées.

Alors désormais on se retrouve dans une 5ème dimension, elle semble plus virtuelle mais est désormais quasiment quotidienne pour chacun d'entre nous : internet.
"On se retrouve à 18h sur skype ou sur messenger" : c'est bien un lieu où on se retrouve, la dimension virtuelle d'internet n'a rien d'artificiel et envahit chaque jour nos habitudes. Quoi de plus sensible désormais qu'internet ?

Quand bien même, cette nouvelle dimension a aussi ses frontières et ses administrations. Ce terrain, vierge il y a 15 ans, est désormais de plus en plus codé, réglementé, régenté par les Etats et surtout par les multinationales. L'époque où internet s'apparentait au far west, zone de non droit par excellence, est révolue.

Alors l'actualité, de temps à autre, montre que l'administration de cette nouvelle dimension sera un enjeu à l'avenir et qu'il ne faudra pas laisser les plus forts en prendre le pouvoir. Facebook, une des plateformes de la 5ème dimension, abrite près de 2,7milliards d'habitants, et pourtant une seule personne décide de lapolitique qui y est menée.Imaginez vous un pays de 2,7milliards d'habitants gérés par un seul homme ?

Après avoir annoncé en trombe une monnaie virtuelle internationale et numérique, Facebook veut désormais faire une cour de justice. Evidemment les règles seront celles d'un type, en Californie, qui créera son propre code, sa propre jurisprudence, sa propre justice. Voilà quelque chose qui devrait nous inquiéter.

La nouvelle frontière de l'humanité a besoin d'une bonne révolution.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.