Onfray est passé du côté obscur

Onfray, la parole librement réactionnaire.

J'aimais beaucoup Onfray. Vraiment. Je le conseillais aux copains, à la famille, aux collègues dans des termes élogieux.

Il a commencé à me contrarier vers 2014, mais je prenais ça comme un poil à gratter salutaire. Un esprit libre qui dérange et tout à la fois fait réfléchir.

Et puis il y a eu le jour où il a douté de la véracité de la photo du petit Aylan, échoué sur une côte grecque, la tête dans le sable. Une mort sur la conscience européenne, mais pas sur celle d'Onfray. Ce fut un tournant pour moi.

"J'ai le droit de douter" disait-il en substance. Pourtant, cet homme ne doute jamais de lui-même, il "doute" seulement sur de bien curieuses questions. La Terre est ronde ? "Le doute ! Le doute !" On comprend bien à quoi et, surtout, à qui servent ces "doutes".

Qu'il n'aime pas le "greenbusiness" de Thunberg passe, il y a des arguments pour. Son avis sur l'autisme et son côté "cyborg" ? Après tout, quand un personnage devient public c'est le jeu que d'être confronté à son apparence et à ce que l'on renvoie. C'est raide et violent mais pas hors propos.

En revanche qu'Onfray fasse preuve de climatoscepticisme, c'est autre chose. Dans sa note de blog pourtant il remet en cause son origine humaine. Je cite son blog :

"Mais, du haut de ses seize ans, que sait-elle de l’astrophysique, des cycles cosmiques, des orages solaires et de leurs cycles, autant d’informations qui relèvent aussi de la science, mais auxquelles ni elle ni les siens ne font jamais référence quand il s’agit de penser la question du réchauffement climatique - une incontestable vérité: il n’y a pas à douter de ce fait mais des causes que certaines en donnent."

Il estime qu'on n'a plus le droit de penser ce sujet, que le "dogme" a remplacé la raison. Il remet même en cause le GIEC et son expertise. Je re-cite :
"La réponse se trouve probablement dans l’un des dossiers du GIEC - la bible de cette pensée siliconée."

Mais il est quoi lui ? Un climatologue ? Un spécialiste de la question ? Ah non surtout pas ! On a le droit et le devoir de parler et de "penser" sans rien connaître, je l'ai lu dans Le Point entre un article sur les Francs-Macons-qui-gouvernent-le-monde et un autre sur les-fonctionnaires-qui-n-en-rament-pas-une-pendant-que-les-patrons-font-vivre-la-France-de-nos-ancêtres-les-gaulois.

En fait, de philosophe il est devenu pilier de bar, spécialiste de tout et de rien, surtout de rien et c'est un tout que de ne rien dire quand on ne connaît pas tout sur tout.

Dont acte.

Ses billets que je prenais jusque là comme des avertissements critiques mais du même camp que le mien, sont devenus des torchons rétrogrades et atrabilaires.

Fuck off Onfray ! M'en parlez plus !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.