LES GILETS JAUNES ONT UBERISE LE MOUVEMENT SOCIAL

Les profs qui retiennent les copies : une première ! Chaque année de mobilisation, ils menacaient de le faire, sans jamais aller au bout. En 2019, ils ont osé. Pourquoi ? Pour moi, c'est évident depuis le début : c'est une des conséquences sur le long cours du mouvement des gilets jaunes. Ils ne le diront pas, peut-être que les initiateurs n'en étaient même pas conscients, mais cettefaçon de faire ressemble à s'y méprendre à ce qu'auraient pu faire des gilets jaunes : pas de journée de grève un mardi dont personne ne se préoccupe, on bloque, on change de méthode et on verra bien. Ainsi, on comprend bien que la mobilisation extraordinaire des gilets jaunes en 2018 va marquer très durablement le pays et la façon de s'organiser et d'agir.

Les mouvements sociaux désordonnées, spontanés et désobéissants à la SNCF, et ce malgré la défaite de 2018, comment les lire autrement ? En 2018, la grève contre la réforme avait suivi les clous légaux diminuant ainsi sensiblement son impact, notamment avec l'obligation aux grévistes de se déclarer 2 jours à l'avance. A force de rogner sur le droit de grève les salariés de ces boîtes n'ont plus vraiment les moyens légaux pour se mobiliser, alors on revient aux vieilles méthodes : débrayages surprises et illégaux, comme en 1936 d'ailleurs où le droit de grève n'existait pas. Tout le cadre pour forcer les citoyens et les travailleurs à marcher au pas sans broncher sont en train d'éclater !

Sortez des règles, n'attendez pas les consignes ! Voici ce, qu'en substance, les gilets jaunes ont appris aux Français. Je lis aussi des initiatives comme celles d'Extinction Rébellion par ce même prisme.

Les gilets jaunes ont ubérisé le mouvement social, en ce sens ils correspondent bien à la présidence Macron. Et désormais leurs méthodes se répandent dans tous les secteurs de la société. Il n'y a pas à dire, grâce à eux et à l'esprit nouveau qu'ils ont communiqué dans le pays, Macron va en baver pour faire ses réformes. Le pays n'est plus le même qu'il y a un an, on sent dans tout le pays monter une colère qui ne demande qu'à s'exprimer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.