Pour un revenu de base dans le Nord

Nous appelons Jean-René Lecerf, président du département du Nord, à rejoindre les présidents de département qui ont d'ores et déjà appelé à une expérimentation du revenu de base.

Dans notre département, 1 personne sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. Nous faisons aujourd’hui le constat que le RSA, censé assurer aux personnes sans ressources un niveau minimum de revenu, ne joue pas pleinement son rôle de lutte contre la pauvreté ; au-delà des critères stricts d’attribution, 1 personne sur 3 qui aurait droit à cette aide n’en fait pas la demande.

Si la dernière campagne présidentielle a eu un seul mérite, c’est bien celui d’avoir mis en avant une idée novatrice pour combattre la pauvreté. le revenu de base renouvelle une ambition universelle, celle qui a fondé la création du Revenu minimum d’insertion : garantir un revenu socle pour toutes et tous.

Pourtant, le Revenu minimum d’insertion a une longue histoire : bien avant son inscription dans la loi en 1988, des expérimentations avaient déjà eu lieu dès 1968, notamment à Besançon et à Rennes.

Nous croyons que l’heure est venue pour les départements d’expérimenter le revenu de base.

Dans cette optique, le conseil régional de nouvelle Aquitaine a voté le principe de son expérimentation en septembre 2016. De même, l'association "Mon revenu de Base" a récolté des fonds grâce à son crowdfunding pour lancer une expérimentation citoyenne. Enfin, le 26 novembre dernier, huit présidents de départements ont lancé un appel pour l’expérimentation de ce revenu de base. Ils ont déjà été rejoints dans leur initiative par le président du département de la Dordogne.

Nous savons que l’accès à l’emploi reste une marche essentielle vers la dignité et l’insertion sociale, mais nous voulons aussi innover socialement et redonner du sens à un projet de société.

Pourquoi cette expérimentation du revenu de base aurait-elle du sens chez nous ?

Parce que le revenu de base n’est pas le fossoyeur de la valeur travail, bien au contraire ! Les agriculteurs-trices de notre département vivent au quotidien une crise agricole sans précédent ; le revenu de base leur permettrait donc de surmonter les difficultés de rémunération auxquelles ils et elles font face.

Parce que notre département est l’un des plus jeunes de France, et que nous considérons qu’il faut donner aux jeunes les moyens de leur autonomie, à l’heure où beaucoup d’entre eux n’ont pas d’autre choix que de se salarier en parallèle de leurs études.

Parce que le travail devient de plus en plus précaire, que les contrats courts et les missions d’intérim s’enchaînent pour un grand nombre de Nordistes, il est urgent de trouver des réponses concrètes aux problèmes qu’ils rencontrent. 

Parce que le revenu de base est une réponse pertinente aux problèmes des travailleurs pauvres et aux effets de seuil induits par nos politiques sociales.

Monsieur Lecerf, nous vous appelons aujourd’hui à rejoindre vos collègues dans cette volonté d’expérimentation du revenu de base, afin de faire du département du Nord un des pionniers de la mise en place de cette nouvelle protection sociale, indispensable à notre département.

 

Premiers Signataires : 

FAUSTINE BALMELLE, Secrétaire Nationale des Jeunes Socialistes

DAMIEN CARÊME, Maire EELV de Grande-Synthe

MYRIAM CAU, Porte-parole EELV Nord-Pas-de-Calais, élue à Roubaix

JÉRÉMIE CRÉPEL, Secrétaire régional EELV Nord-Pas-de-Calais, élu à Lille et à la MEL

ALEXIS DEBUISSON, Militant du M1717 à Armentières

KARIMA DELLI, Députée européenne EELV du Nord-Ouest

SOPHIE DESREUMAUX, Conseillère Municipale de Caudry

NOZHA EL KASSMI, Militante du M1717 à Dunkerque

DANIEL JANKOWIAK, Militant du M1717 dans le  Sambre Avesnois

JEREMIE MEURISSE, Militant du M1717 à Tourcoing

SADIA PAMART, Militante du M1717 à Roubaix

PASCALE PAVY, Militant du M1717 à Bailleul, ancienne conseillère régionale Nord-Pas-de-Calais

BENJAMIN TISON, Coordinateur des Jeunes Socialistes à Armentières

ROGER VICOT, Maire PS de Lomme, Conseiller Départemental du Nord

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.