La vie n'est pas ailleurs

" Il n'existe pas de situation révolutionnaire parfaitement mure. Pour qu'une époque soit véritablement révolutionnaire, il doit y avoir un nombre important d'hommes et de femmes portant à cette aspiration -- prêts à tout oser, prendre tous les risques pour le succès de leurs idées" – James Connolly

L’ incarnation du plaisir, pas très compliqué.

Je fut, comme beaucoup, un principe excessif. Exhausteur du goût plutôt amer qui se dégageait jusque-là de ma bouche un peu close. Lancé à plein régime dans la recherche incessante d'inattraction terrestre, aux fantasmes bariolés d'un barillet bien huilé, une balle factice logée dans l'alcôve, non loin de la tempe, un sens à percer.

Je me suis mis à passer des journées entières à pédaler, les rayons de mon byclo serpentant à contre-sens des artères de la ville, sans distinction. Funambule, je m'attachais à palper l’atmosphère et les sorties de turbin, sentant parfois derrière quelques pare-brise s'amonceler la frustration de désirs inassouvis. Force vivus vociferus au crépuscule, dans le ronflement des points morts. J’aimais a sinuer parmi les customisés de la jante en alliage, s’abandonnant, d'ordinaire, aux plaisirs primitifs de marquer sur le stoïcisme des pavés leur empreinte, d'un linéaire trait de gomme. --- Il faut bien avoir conscience que chez l'homobipédus, la bagnole est le prolongement de la Queue---Un plaisir comme un autre, la part du môme.

J’aimais parfois prendre le temps de l'arrêt, sous l'autorité d'un feu rouge, pour admirer deux clébards se flairer le fondement sur le trottoir d'en face, crocs saillants, grogner et ne pas perdre face, classique.

De vitres entrouvertes je percevais aussi le timbre des tuners crachant avec dévotion, l'humour des «grosses têtes». Calme, je levais le zen, affrontant ainsi sur quelques publicitaires panneaux exhibés, en façade, la mosaïque de visages et corps très parfaits portés par la réclame, de rictus et de formes ils spoliaient les secrets de la pierre, d'une mémoire patinée, façonnée par le temps, chronique de remparts fatigués. Inspiration, expiration, fermer les yeux. Accepter, aux abords d'une falaise, l'ingénuité des rêves se fracassant contre les roches de la fibre optique et des pixels, mais qu'à cela ne tienne, reprendre la route. Résilience, résistance, constance!

A mi-parcours j’exsudais de gracieuses perles de sueur le long du torse et d'un abdominal amoindri par l'ulcère, qui se propageait fatalement, faisant malgré tout naître en mon sein l'obsession d'une écume fraîche et blanche impulsée par la grâce au fin fond du biliaire, destinée urinée, une bonne bière pour faire simple, et partager ainsi quelques discussions sur l’anneau de saturne avec de parfaits inconnus, brèves de comptoir, aussi, essentiel.

Je persiste à flâner sur le macadam cowboy, regard aux aguets, afin de ne rien louper du spectacle. Gratuit, offert sans merci, superflu parfois, attendrissant par instants, vrai, unique et bariolé.

Les relations humaines, la courtoisie, l’humour, le respect, l’instinct de survie, colères, timidité, exubérance, disparités, spécificités, éclats de rires, mmh, c’est bon. C’est notre quotidien, ne nous le laissons pas dérober.

De grandes échéances se bousculent à venir, et j’aime à demeurer utopiste, soudés n’est pas joué, c’est une réalité, révolutionnaires?

Amicalement votre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.