Alice_D
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juin 2022

Alice_D
Abonné·e de Mediapart

Une voix majuscule s'est éteinte

Cher et tendre Jean-Louis, je pensais à vous cette nuit... Reconnaissable parmi mille autres, votre chaude et douce voix, disait à elle seule votre délicatesse, votre timidité, votre intelligence déterminée. Elle était le reflet de votre regard clair, de votre beau visage, de votre charme, de votre élégance introvertie et inquiète. Elle s'est tue dans la nuit. Nous laissant interdits.

Alice_D
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J

Jean-Louis Trintignant bouleversant chez Delahousse

En 2018, Jean-Louis Trintignant, frêle comme une brindille, fatigué,  perclus de mélancolie, remontait sur les planches pour nous offrir un moment de grâce avec ce récital de poésie "Pourquoi que je vis". Sur fond de partitions d'Astor Piazzola, interprétées par l'accordéonniste Daniel Mille, trois violoncellistes et un contrebassiste,  Jean-louis Trintignant, émouvant jusqu'aux larmes - murmurant son amour pour Marie, sa déchirure- servait avec splendeur ses textes et poèmes favoris de Boris Vian, Prévert, Desnos et  Apollinaire. Ce soir-là un silence puissant et amoureux émanant de la salle, semblait le porter de façon presque religieuse, miraculeuse.

1966. "Un homme et une Femme" © DR

Homme de théâtre avant tout, Jean-Louis Trintignant est révélé comme acteur de cinéma en 1956,  dans Et Dieu créa la Femme,  film de Roger Vadim,où il partage l'affiche avec Brigitte Bardot. Ce sera le début d'une histoire d'amour avec l'actrice. Entre ce premier succès international qui reçut la Palme d'Or à Cannes et 2019, il  jouera dans pas moins de cent-vingt films, dont Z de Costa-Gavras, film sur la dictature des colonels grecs où le comédien délaisse son jeu d'homme romantique  pour un rôle de juge implacable, sidérant de froideur et de vérité. L'acteur expliquait avec un sourire taquin qu'il faut à la fois être tendre et méchant. Ce clivage psychologique, présent en chacun, que les circonstances intimes, historiques et politiques peuvent exacerber jusqu'à la commission de l'irréparable, il l'explore jusque dans ses abîmes, dans Le Conformiste, en 1970. Conduit par Bertolluci, -qui reprendra ce thème  en 1976 dans 1900- Trintignant  alias Marcello Clerici décortique la métamorphose d'un homme violé dans son enfance, en proie à son trauma. Assoiffé de "normalité", il adhère au fascisme italien, se marie, rejoint la police secrète où vont pouvoir se libérer ses pulsions de mort enfouies. Et faire de lui un assassin. Un très grand film sur les zones d'ombre de l'être humain. Un rôle qu'il considérait à juste titre comme l'un des plus forts qu'il ait eu à jouer.

Alors qu"il n'a plus tourné depuis dix ans, Michael Haneke le convainc en 2012 de retrouver le chemin du cinéma. Dans son film Amour,  il y incarne aux côtés d'Emmanuelle Riva, le rôle d'un octogénaire, uni par un amour sans faille à sa femme, diminuée par un accident vasculaire cérébral. Un huis clos magistral et bouleversant, témoignant de l'humanité d'un couple de musiciens liés jusqu'à la mort. Son dernier film, annonce-t-il.

Seul Claude Lelouch le fera quitter son mas d'Uzès en 2019 pour un ultime tournage. Les plus belles années d'une vie'  est à la fois la suite d' Un homme et une femme" - film culte réalisé en 1966 par le cinéaste- et un  retour sur le passé. Entrecoupée d'extraits du film mère, la conversation entamée à l'écran avec Anne-Anouk Aimée, 53 ans plus tôt,  semble ne jamais s'être interrompue. Ces retrouvailles submergent d'émotion. Grâce au regard subtile et au lyrisme de Claude Lelouch, Jean-Louis et Anouk bouclent ainsi une boucle, celle d'une vie. Dans ce film testament,  Jean-Louis Trintignant  tout en fragilité, fait montre d'une joie que l'on croyait définitivement perdue. Au chagrin du deuil ont succédé les souvenirs heureux, l'apaisement, le goût du présent. Renversant, son beau sourire ponctue nombre de ses phrases. Comme si, revenu à la vie, il attendait tranquillement de s'endormir à jamais pour, peut-être, retrouver Marie et Pauline. 

2019 "Les plus belles années d'une vie" C. Lelouch.

* billet actualisé le 18/06/2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte