APPEL NO BORDERS À LA LUTTE INTERNATIONALE POUR LA LIBERTÉ DE MOUVEMENT – dimanche 4 octobre manif à Vintimille

APPEL NO BORDERS À LA LUTTE INTERNATIONALE POUR LA LIBERTÉ DE MOUVEMENT – dimanche 4 octobre manif à Vintimille

A l’aube de Mercredi 30 Septembre deux décapeuses et trois camions ont détruit en six heures un lieu de solidarité construit pendant plus de trois mois grâce au soutien des migrants en voyage et des personnes solidaires venant de l’Europe entière. Ils ont pensé qu’en plus des tentes, de la cuisine, des douches, ils auraient détruit aussi le cœur de la lutte No Borders. Ils se sont trompés : le Presidio a démontré de pouvoir franchir toute barrière physique et matérielle en opposant aux barrières la construction commune d’un territoire de solidarité, de relations et de lutte internationale pour la liberté de mouvement pour toutes et tous et contre toutes les frontières.

Ce qu’on a vu se passer pendant ces mois à Vintimille est en train de se passer ailleurs aussi : Choucha, Lampedusa, Calais, Paris, pour en citer que quelques-uns. Il s’agit de lieux de résistance, lieux de frontière internes ou externes à la ‘Forteresse Europe’. Espaces de transit où à la violence du voyage, des maltraitances subies par la police et les passeurs, on y ajoute la violence de la frontière matérielle, une ligne imaginaire militarisée sans aucune pudeur. La violence des limbes où les migrants deviennent des pions à se repartir parmi les différent Etats dans un jeu d’ambiguïté législative. On voit une Europe qui professe la liberté de mouvement en même temps que Schengen se réduit à l’énième dispositif apte à renforcer les hiérarchies entre ceux qui sont considérés comme citoyens et ceux qui ne le sont pas, obligés à rester coincés dans les dispositions de Dublin III, vinculant la demande d’asile au premier pays d’arrivée.

Nous savons très bien que le control n’est pas la seule stratégie mise en place dans la gestion de la migration : nous somme là pour dénoncer, au de-là de la fermeture des frontières, aussi bien le drainage classiste et racial des flux, au travers duquel les Etats cherchent à s’approprier de la main d’œuvre la plus qualifiée. Cela parfois aboutit à un véritable ‘business de l’accueil’ dans lequel les réfugiés deviennent possibilité de profit pour les coopératives, parfois par le biais de l’exploitation lucrative de l’illégalité, toujours, enfin, dans l’exploitation au travail.

Il y a à peu près un mois ils écrivaient qu’ à Vintimille il n’y avait plus de migrants, et en peu de temps notre campement hébergeait 220 migrants en transit. Aujourd’hui ils écrivent que la journée du 30 Septembre, commencée avec une expulsion et terminée avec la répartition des quatre-vint activistes entre commissariat, gendarmerie et Croix Rouge, “a été une journée de solutions”. Par contre, la frontière reste fermée et les migrants qui étaient prêts à risquer leur vie sur les rochers pour revendiquer le droit à l’autodétermination, se retrouvent maintenant à la rue.

Les solidairs restent avec eux. Et eux restent avec les solidairs. Nous resterons unis dans la lutte jusqu’à ce que “les solutions” pensées emmèneront à l’ouverture de la frontière: celle-ci a été la décision qui a clôturé la première assemblée du No Borders Camp en exile. Détruire nos affaires, nous encercler avec des centaines d’agents et des dizaines de blindés, n’est pas une réponse au problème de l’abomination des refoulements à la frontière.

Les migrants arriveront encore, et les mêmes violations seront perpetuées. Ils nous ont privé de notre maison mais ils ne nous ont pas arrêtés. Aujourd’hui nous sommes encore plus forts, plus déterminés et encore plus unis.
Le notre est un appel international à quiconque qui est convaincu, avec nous, que l’histoire de la lutte contre les frontières n’est qu’au début et qu’aujourd’hui, encore plus qu’hier, c’est le moment de crier de toute notre force:

WE ARE NOT GOING BACK!

DIMANCHE 4 OCTOBRE 2015 14.30 à LA GARE DE VINTIMILLE

MANIFESTATION INTERNATIONALE

HURRYA!

Presidio permanente No Borders Vintimille en exil

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.