Allain Graux
ecrivain voyageur
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

IMMIGRATION TRANSMANCHE

Allain Graux
ecrivain voyageur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

IMMIGRATION TRANSMANCHE

La France n’est pas un pays de destination pour ces exilés qui ont péri ; ils cherchaient à fuir le soi-disant « pays des droits de l’homme », à l’image de la Lybie...

Dunkerque et Calais, à la différence de Lampedusa, lieu transitoire mais d’espoir, sont un repoussoir pour ces personnes.

Les raisons de ces tragédies sont connues : l’absence de dispositif d’accueil digne, le harcèlement quotidien voulu pour dissuader, mais sans aucun effet, on le sait mais on s’obstine à persévérer dans cette pratique monstrueuse autant qu’inefficace : les forces de l’ordre lacèrent des tentes, s’emparent des quelques biens, empêchent les distributions de nourriture, pourrissent la vie des bénévoles qui veulent faire valoir les droits des exilés, quel que soit leur statut administratif.

La démultiplication des dispositifs de contrôle d’accès a rendu plus difficiles les voies routières et ferroviaires, accroissant les tentatives dangereuses par la mer.

L’histoire des migrations démontre, que comme la prohibition accélère la contrebande, les mesures répressives renforcent l’ingéniosité des « passeurs » sans dissuader les personnes qui, maltraitées dans un pays, considèrent que leur vie est ailleurs.

Les hypocrites

Gérald Darmanin, a évoqué une « forte émotion » mais pas de culpabilité ? Il n’est pas le seul, la même politique est assumée par les ministres de l’intérieur depuis des dizaines d’année. Et pourquoi ce problème est-il traité par ce ministère–là et pas par celui des affaires étrangères, de la coopération ?

« La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière », a affirmé Emmanuel Macron, promettant de « retrouver et condamner les responsables ». Mais qui est responsable si ce n’est son pouvoir répressif, ainsi que celui de l’UE ?  Et que propose-t-il ? Renforcer les mesures répressives en demandant « le renforcement immédiat » de Frontex dont n connaît l’attitude que je n’hésite pas à qualifier de criminelle pour son indifférence à la frontière Bielo-polonaise, sa cécité - voir plus – pour ce qui concerne la Lybie.

 Les solutions sont contenues dans la dénonciation : liberté de circulation, donner des visas et permis de travail. Ainsi, les immigrés n’hésiteraient pas à retourner au pays, quand c’est possible. Il paraît que l’on besoin de main d’œuvre ; alors ?

Avec un permis de travail, on supprime le travail illégal et noir, la concurrence entre les exploités, les bidonvilles infâmes etc ...  

Et une véritable coopération avec les pays d’émigration économique.

 Allain Graux

Le 25.11.2021

https://allaingraux.over-blog.com/2021/11/immigration-transmanche-et.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran