Allain Graux
ecrivain voyageur
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2020

BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020

Témoignage LA SITUATION EN BOLIVIE – Témoignage d’un ami à La Paz.

Allain Graux
ecrivain voyageur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

BOLIVIE

Les élections du 18 octobre 2020

Selon les premiers résultats du compte rapide, le TREP - malgré une interruption comme en 2019- le MAS et ses candidats à la présidentielle sont largement en tête, avec 52, 4 % des voix, 20 points devant le candidat suivant, Carlos Mesa. Le MAS aurait la majorité dans les deux chambres de l'Assemblée législative : 75 sièges de députés sur 130 et 21 de sénateurs sur 36. Il aurait gagné dans cinq des neuf départements du pays[1] : La Paz, Cochabamba, Potosí, Oruro et Pando. Le parti Comunidad Ciudadana de Carlos Mesa serait donné gagnant en Chuquisaca, Beni y Tarija, Luis Fernando Camacho serait en tête à Santa Cruz. rien de surprenant. En ce qui concerne le vote à l'étranger, avec 22,45 % des feuilles de pointage dépouillées par le TSE, le MAS obtiendrait 65,67 % des suffrages.

Le 22 octobre, sur 87 % des voix calculées, avec une participation de 88 %, sur un total de 7 009 128 inscrits, 6 187 633 votes ont été exprimés, dont 5 878 519 sont valables, soit 95 %. Une victoire éclatante du MAS se confirme avec 54,55 % des suffrages. C’est 7 % de plus qu'en 2019, le même résultat que lors de la première élection de Morales en 2005. C’est 25 points sur son concurrent le plus proche, le néolibéral Carlos Mesa, 10 points sur l'ensemble de l'opposition, battant ensemble la droite et l'extrême droite.

LES RÉSULTATS définitifs habilités par le TSE[2], le 23 octobre.

LA SUITE SUR  :cliquer sur le lien

http://allaingraux.over-blog.com/2020/10/bolivie-les-elections-du-18-octobre-2020.html

Témoignage d'un ami à La Paz

La situation en Bolivie

Elle est bien plus calme qu'on aurait pu le penser, et la victoire du MAS n'a pas entraîné les manifestations auxquelles on aurait pu s'attendre. D'un autre côté, les dernières élections ayant été sous haute surveillance, et organisée (bien tard) par la droite, il n'y avait plus grand chose à faire sinon accepter le résultat. Malgré tout, Il reste quelques irréductibles à Santa Cruz comme à La Paz.
Il est clair que les réseaux sociaux où l'on pouvait voir les partisans de droite hyper actifs ne représentent pas le peuple bolivien. La majorité des habitants de La Paz, à mon avis, sont bien plus préoccupés de pouvoir gagner de l'argent pour pouvoir survivre. La preuve en est que les rues sont maintenant pleines de personnes allant au travail (nous n'avons encore pas de 2e vague ici, et nous pouvons circuler librement à pied ou en voiture jusqu'à 22h la semaine et 20h le week-end. La vie diurne a repris son cours normal), et le commerce informel a repris possession des rues.
Un autre point, est que le gouvernement de transition de Janine Añez a montré beaucoup de déficiences ainsi que l'arrogance de la droite, et au final s'est mis beaucoup de boliviens à dos, y compris de la droite. Du coup, je pense que les indécis ont basculé du côté du MAS.
Je souhaite avec Arce, une industrialisation réussie des ressources boliviennes (Lithium, hydrocarbures, fer manganèse du Mutún, minerais contenant des terres et métaux rares, biodiversité, étendues cultivables, coltan (à la frontière avec le Brésil), etc). J'espère qu'Arce aura la volonté et aussi les mains libres, pour ramener la paix que l'on pouvait trouver en Bolivie auparavant.
le 29 10.220.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica