Un appel au respect mutuel

Le Haut Représentant des Nations Unies pour l’Alliance des Civilisations, M. Miguel Ángel Moratinos, publie un appel au respect mutuel de toutes les religions et croyances et à la promotion d'une culture de fraternité et de paix.

Je suis profondément préoccupé par les tensions croissantes et l'intolérance qui ont suivi la publication des caricatures du prophète Mahomet, considérées par la communauté musulmane comme une véritable insulte. Ces caricatures incendiaires ont également entraîné des actes de violence à l’encontre de civils innocents, attaqués du fait de leur religion, de leurs croyances ou de leurs origines. Insulter les religions et leurs symboles sacrés ne fait que provoquer la haine et l'extrémisme violent, conduisant ainsi à la polarisation et à la fragmentation du tissu social. J’appelle au respect mutuel de toutes les religions et croyances et à la promotion d'une culture de fraternité et de paix.

La liberté de religion, d’opinion et d'expression sont des droits interdépendants qui se renforcent mutuellement. Ils sont enracinés dans les articles 18 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Le respect et la protection de ces droits fondamentaux doivent être la responsabilité première de tout gouvernement. La liberté d'expression ne peut être exercée que dans le respect des croyances et principes de toutes les religions. Les actes de violence ne peuvent ni ne doivent être associés à une religion, nationalité, civilisation ou origine ethnique en particulier. De même, la violence ne peut ni ne doit jamais être une réponse justifiable ou acceptable à des actes d’intolérance fondés sur la religion ou les convictions.

La Stratégie et plan d’action des Nations Unies pour la lutte contre le discours de haine fournit des recommandations sur la lutte contre le discours de haine, le racisme et la discrimination. Lutter contre le discours de haine ne signifie pas limiter ou interdire la liberté d'expression. Cela signifie empêcher que le discours de haine ne dégénère en quelque chose de plus dangereux, en particulier l'incitation à la discrimination, l'hostilité et la violence, ce qui est interdit par le droit international. Le Plan d'action des Nations Unies pour la sauvegarde des sites religieux est ancré dans un ensemble de principes comprenant le respect mutuel de tous les peuples, quelle que soit leur foi, leur culture, et leur l’histoire ; la responsabilité de construire des ponts de compréhension mutuelle et de coopération ; l’acceptation et le respect des différences entre êtres humains.

Toutes les grandes religions croient en la tolérance et la coexistence pacifique dans un esprit d’humanité partagée. Nous devons rejeter et nous opposer à ceux qui invoquent faussement et malicieusement la religion à des fins politiques, pour créer des préjugés, alimenter la division et répandre la peur et la haine.

J’encourage vivement le dialogue interconfessionnel et interculturel et le débat d’idées aux niveaux local, national et international, car ils sont un outil puissant contre l’intolérance religieuse, les préjugés et les stéréotypes.

L'Alliance des civilisations des Nations unies est disposée à soutenir tous les efforts qui favorisent la poursuite du dialogue, ainsi que le respect et la compréhension mutuels. Elle a été créée il y a quinze ans pour servir d'outil de prévention des conflits par la promotion du dialogue interculturel et interreligieux et la construction de ponts de compréhension entre les différentes cultures et religions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.