Alter Natives
Association socio-culturelle
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2022

Des jeunes dialoguent sur l'histoire de la traite.

Le 13 mai 2022 dans le cadre de la semaine de commémoration du 10 mai à Nantes, l'association Alter Natives a organisé une après midi débat nommée “Respire !”.

Alter Natives
Association socio-culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 18 février 1999, Christiane Taubira députée à l’assemblée nationale Française, 1ère circonscription de la Guyane rapporte à l’assemblée ce qui sera voté comme “la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.”

C’est en 2006 sous le gouvernement de Jacques Chirac que la journée du 10 mai est choisie comme étant la célébration de “la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.”

La semaine du 10 mai 2022, la ville de Nantes célébrait la journée commémorative mais aussi les 10 ans du Mémorial de l'abolition de l'esclavage. Lors de cette semaine un programme culturel avec colloques scientifiques, table ronde, concerts, expositions ainsi que spectacles, ont été proposés.

Alter Natives préparant la journée "Respire !"

C’est dans ce cadre-là, en partenariat avec le lycée Talensac, financé par la ville de Nantes, la fondation pour la mémoire de l’esclavage et le dispositif ANCV que le 13 mai, les jeunes d’Alter Natives et Nantais ont participé à un débat très riche en faisant part de leurs réflexions et propositions pour un avenir meilleur, à l’intérieur de l’ancienne chapelle servant désormais d’amphithéâtre dans le lycée Talensac.

Dans la première partie de la journée “Respire !” les structures participantes que sont le lycée Talensac, l’école de la seconde chance, le lycée Monge la Chauvinière ainsi que l’association Alter Natives, ont restitué tour à tour les projets construits durant l’année pour l’occasion. Ces projets sont des courts-métrages, un poème, des récitations de textes ou encore des chansons.

Restitution projets

Enfin, pour la seconde partie, sur scène, les jeunes souhaitant s’exprimer et débattre étaient invités à participer au débat découper en 3 panels que sont “l’héritage de ces histoires, Utilité et impact de ce travail sur l’histoire de la traite négrière et l’esclavage, et Propositions”.

Les débatteurs

Lors des prises de paroles les jeunes participants ont évoqué le fait qu'il est indispensable de mieux et plus enseigner l'histoire de l'esclavage quitte à ajouter un ou plusieurs chapitres. À l'étude du sujet, on s'aperçoit que c'est souvent l'économie de la traite qui est la plus mise en avant contrairement à la condition de voyage et de vie des êtres humains.

Intervention de la salle
Les débatteurs

Les jeunes ont beaucoup évoqué le fait que cette période de l'histoire a permis l'établissement de lois ségrégationnistes en rappelant celles des États Unis et les lois de Jim Crow. Aussi, que la colonisation fut un moyen de contourner les abolitions de l'esclavage car au final on a faits travailler un peuple sur ses terres pour en tirer un maximum de richesses qui sera profitable à un peuple venant d'autres contrées et ce pour des décennies voir des siècles.

Ce débat a été filmé et sera bientôt disponible ici.

Le samedi 14 mai les jeunes ayant participé à la journée “Respire!” ont assisté à une table ronde dans le château des ducs de Bretagne.

Ancien Premier ministre, maire de Nantes et actuel président de La fondation pour la mémoire de l’esclavage, Jean-Marc Ayrault ainsi que la maire de Nantes Johanna Rolland, étaient invités à prendre la parole lors d’une table ronde animée par le youtubeur et créateur de contenu Seumboy dont la chaîne est Histoires Crépues.

Après les prises de paroles, les jeunes d’Alter Natives et Nantais ont chacun pris le micro pour faire part de leurs propositions pour améliorer la compréhension de ces histoires.

Parmi les propositions faites, un message publicitaire qui permettrait de faire connaissance de l’autre. Une diffusion au niveau national est nécessaire pour mieux connaître “l’autre” qui est souvent mal représenté à travers certaines chaînes de médias sur lesquelles se basent la plupart de la population pour se faire une idée qui mène malheureusement à la montée en puissance des extrêmes lors des élections municipales, régionales et présidentielles.

Une autre proposition était qu’il fallait mieux mettre en avant cette semaine culturelle en mettant des affiches dans les rues de Nantes.

Enfin, une proposition d’étude de l’histoire des royaumes et peuples africains dans les livres scolaires Français car la présence du continent n’est qu’esclavages, indépendances et pauvretés.

À ces propositions, les invités répondirent être prêts à faire mieux pour les prochaines célébrations, en revanche, concernant les publicités ou l’ajout des chapitres dans les programmes scolaires, le silence fut bien gardé.

ASSABA HADJ AHMED.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl