Alter Natives
Association socio-culturelle
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2022

Des jeunes dialoguent sur l'histoire de la traite.

Le 13 mai 2022 dans le cadre de la semaine de commémoration du 10 mai à Nantes, l'association Alter Natives a organisé une après midi débat nommée “Respire !”.

Alter Natives
Association socio-culturelle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 18 février 1999, Christiane Taubira députée à l’assemblée nationale Française, 1ère circonscription de la Guyane rapporte à l’assemblée ce qui sera voté comme “la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.”

C’est en 2006 sous le gouvernement de Jacques Chirac que la journée du 10 mai est choisie comme étant la célébration de “la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.”

La semaine du 10 mai 2022, la ville de Nantes célébrait la journée commémorative mais aussi les 10 ans du Mémorial de l'abolition de l'esclavage. Lors de cette semaine un programme culturel avec colloques scientifiques, table ronde, concerts, expositions ainsi que spectacles, ont été proposés.

Alter Natives préparant la journée "Respire !"

C’est dans ce cadre-là, en partenariat avec le lycée Talensac, financé par la ville de Nantes, la fondation pour la mémoire de l’esclavage et le dispositif ANCV que le 13 mai, les jeunes d’Alter Natives et Nantais ont participé à un débat très riche en faisant part de leurs réflexions et propositions pour un avenir meilleur, à l’intérieur de l’ancienne chapelle servant désormais d’amphithéâtre dans le lycée Talensac.

Dans la première partie de la journée “Respire !” les structures participantes que sont le lycée Talensac, l’école de la seconde chance, le lycée Monge la Chauvinière ainsi que l’association Alter Natives, ont restitué tour à tour les projets construits durant l’année pour l’occasion. Ces projets sont des courts-métrages, un poème, des récitations de textes ou encore des chansons.

Restitution projets

Enfin, pour la seconde partie, sur scène, les jeunes souhaitant s’exprimer et débattre étaient invités à participer au débat découper en 3 panels que sont “l’héritage de ces histoires, Utilité et impact de ce travail sur l’histoire de la traite négrière et l’esclavage, et Propositions”.

Les débatteurs

Lors des prises de paroles les jeunes participants ont évoqué le fait qu'il est indispensable de mieux et plus enseigner l'histoire de l'esclavage quitte à ajouter un ou plusieurs chapitres. À l'étude du sujet, on s'aperçoit que c'est souvent l'économie de la traite qui est la plus mise en avant contrairement à la condition de voyage et de vie des êtres humains.

Intervention de la salle
Les débatteurs

Les jeunes ont beaucoup évoqué le fait que cette période de l'histoire a permis l'établissement de lois ségrégationnistes en rappelant celles des États Unis et les lois de Jim Crow. Aussi, que la colonisation fut un moyen de contourner les abolitions de l'esclavage car au final on a faits travailler un peuple sur ses terres pour en tirer un maximum de richesses qui sera profitable à un peuple venant d'autres contrées et ce pour des décennies voir des siècles.

Ce débat a été filmé et sera bientôt disponible ici.

Le samedi 14 mai les jeunes ayant participé à la journée “Respire!” ont assisté à une table ronde dans le château des ducs de Bretagne.

Ancien Premier ministre, maire de Nantes et actuel président de La fondation pour la mémoire de l’esclavage, Jean-Marc Ayrault ainsi que la maire de Nantes Johanna Rolland, étaient invités à prendre la parole lors d’une table ronde animée par le youtubeur et créateur de contenu Seumboy dont la chaîne est Histoires Crépues.

Après les prises de paroles, les jeunes d’Alter Natives et Nantais ont chacun pris le micro pour faire part de leurs propositions pour améliorer la compréhension de ces histoires.

Parmi les propositions faites, un message publicitaire qui permettrait de faire connaissance de l’autre. Une diffusion au niveau national est nécessaire pour mieux connaître “l’autre” qui est souvent mal représenté à travers certaines chaînes de médias sur lesquelles se basent la plupart de la population pour se faire une idée qui mène malheureusement à la montée en puissance des extrêmes lors des élections municipales, régionales et présidentielles.

Une autre proposition était qu’il fallait mieux mettre en avant cette semaine culturelle en mettant des affiches dans les rues de Nantes.

Enfin, une proposition d’étude de l’histoire des royaumes et peuples africains dans les livres scolaires Français car la présence du continent n’est qu’esclavages, indépendances et pauvretés.

À ces propositions, les invités répondirent être prêts à faire mieux pour les prochaines célébrations, en revanche, concernant les publicités ou l’ajout des chapitres dans les programmes scolaires, le silence fut bien gardé.

ASSABA HADJ AHMED.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes