De Lyon à Chalon : le Tour remonte la Saône

Jour 37 - 11 juillet : Le Tour remonte la SaôneAprès une journée consacrée à la logistique et à l’organisation des prochaines étapes, nous repartons de la place Saint Jean dans le vieux Lyon.

Capture-d’écran-2015-07-15-à-19.23.42.png

Jour 37 - 11 juillet : Le Tour remonte la Saône

Après une journée consacrée à la logistique et à l’organisation des prochaines étapes, nous repartons de la place Saint Jean dans le vieux Lyon. Ce matin, la place est vide mais le souvenir de la ronde des alternatives qui y étaient présentées et des plus de 1000 personnes qui sont venues nous accueillir à l’arrivée de l’étape virevoltent encore dans nos têtes. Nous sommes rejoints par Elisabeth du groupe local Alternatiba Grenoble et Fanny et Mathilde du groupe local Alternatiba Lyon. Nous prenons des nouvelles des Alternatiba qui sont en préparation pour cet automne dans ces 2 villes et sommes ravis de constater, partout où nous passons, que le dynamisme des nombreux citoyens engagés pour faire avancer le chemin de la transition écologique ne cesse de grandir. Cette remarquable vague de mobilisation nous donne à chaque étape des forces supplémentaires pour continuer dans notre périple.

Nous longeons la Saône qui nous accompagnera tout au long de la journée. Cette rivière sera notre guide, facile alors de trouver notre chemin ! Nous faisons étape à Anse pour une vélorution qui nous conduits à Villefranche-sur-Saône, dans un parc ombragé où plus de 90 personnes s’étaient réunies pour nous accueillir. Le collectif Convergence nous a préparé un copieux buffet partagé et a convié une quinzaine de porteurs d’initiatives à l’occasion de l’étape du tour.

Cette étape se fera en dansant et en jouant car nous avons le plaisir d’assister à des danses bretonnes ainsi qu’à des saynètes mises en scène par le collectif local Stop TAFTA. Impromptu théâtral fort à propos car l’adoption d’une délibération symbolique de « zone hors TAFTA » par les communes fait partie d’une des 15 mesures du Pacte de Transition que nous remettons aux élus lors de nos étapes. Les enfants ne sont pas en reste car des ateliers maquillage, jeux en bois et spectacle de clown leur sont proposés. Nous faisons ensuite la rencontre d’étranges personnages, des elfes sur échasse, qui viennent d’habitude conter des légendes dans les bois la nuit tombée, et qui ne manquent pas d’apporter leur soutien au livre « Alternativez-vous ». Les alternatives se diffusent partout, et même dans le monde fantastique des elfes !

Sans titre-2

Nous y retrouvons également La Gonette, déjà croisée lors de notre étape à Lyon, monnaie locale et citoyenne de la région lyonnaise qui verra le jour en novembre 2015 et qui sera également étendue à la région de Villefranche, sous l’impulsion d’un groupe de citoyens motivés ! Enfin, après plus de 1800 km parcourus, c’est avec grand plaisir que nous croisons un couple de Basques avec leurs enfants et devisons en basque des nouvelles du pays. Nous repartons à 15h en direction de Mâcon. Petite pause rafraîchissante au bord d’un lac, car les fesses commencent à fatiguer pour les nouvelles qui pédalent !

Sans titre-3

Arrivés à Mâcon, nous entamons une vélorution avec la présence de nombreux enfants, la relève est assurée ! Nous sommes accueillis par le groupe local Alternatiba 71 qui prépare un Alternatiba les 26 et 27 septembre à Sancé. Bart donne alors sa première conférence, et au vu des retours, le message semble bien passé ! Cette conférence sera suivie d’une diffusion du film Sacré croissance, de Monique Robin. Laurence, membre d’Alternatiba 71 nous héberge et nous prépare un magnifique boboti, plat sud-africain qui comprend tous les ingrédients nécessaires à la récupération après une bonne journée de pédalage ! Nous décidons alors collectivement de rebaptiser nos réunions d'équipe quotidienne « boboti » afin de leur donner un goût savoureux !  

 

Jour 38 - 12 juillet : Une abbaye vieille de 1100 ans face à une modernité qui déraille

Laurence nous accompagne jusqu'à Cluny. Cycliste chevronnée et habituée des AlterTour, nous nous laissons joyeusement guider. Nous parcourons une voie verte vallonnée et traversons un ancien tunnel de chemin de fer, désormais réservé aux vélos et aux piétons. À l'arrivée à Cluny, 120 personnes nous attendent dans une ambiance très conviviale et festive ! Les vélos ont revêtu leurs plus beaux atours et sont parés des tournesols des champs environnants. Une batucada nous donne le « la » de départ et c’est parti pour une vélorution endiablée dans les ruelles de la ville ! Une superbe Rosalie nous accompagne et nous avons la chance de passer devant l’abbaye de Cluny, vieille de plus de 1100 ans. Nous nous arrêtons devant l’épicerie bio de la ville, qui ne désemplit pas au fil des saisons. Vélos levés, pour saluer ce commerce qui favorise les produits locaux et issus de l’agriculture biologique.

L’AMAPP de Cluny (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne et de Proximité), réunissant producteurs et consommateurs dans la même association et qui a la particularité d’avoir un deuxième P dans son acronyme pour renforcer la dynamique de proximité, nous a concoctés un repas bio, local et ouvert à tous, pour la modique somme de 5 euros. Cela permet de sensibiliser la population sur le fait que l’alimentation biologique peut être accessible à tous si l’on favorise les circuits courts et ne constitue donc pas un frein financier. Nous nous régalons avec les salades, les saucisses et les glaces préparés par les producteurs de la Région qui nous font le plaisir d’être parmi nous. Les 100 repas initialement prévus sont largement dépassés et nous accueillons avec plaisir les nouveaux convives. Le président de la communauté de commune du Clunisois est parmi nous et nous lui remettons le Pacte de transition. C’est l’occasion d’un échange sur les initiatives en cours pour renforcer la transition énergétique et sur la dynamique du territoire, labellisé territoire à énergie positive.

Sans titre-4

Nous repartons à l’assaut des routes vallonnées et nos cyclistes arrivent tout rouges et transpirants après une grande montée de 7 kilomètres juste avant le départ de la vélorution, alors que l'équipe logistique a pu faire une sieste au bord du lac :) Une petite troupe de cyclistes s'est élancée avec nous sur la dernière descente vers le lac du Rousset où une fanfare champêtre nous attendait. Nous choisissons de faire un détour pour cette étape emblématique car nous sommes sur le lieu d’un projet très contesté de Center Parc, porté par le groupe Pierre et Vacances. Nous sommes donc accueillis par le collectif du Geai du RoussetCe projet vise à investir 150 hectares de la forêt du Rousset, qui en compte 330, afin de créer 400 cottages pouvant accueillir de 4 à 8 personnes pour une surface habitable et 28 000 m2 et d’installer une bulle Aqua Mundo avec son ambiance tropicale créée artificiellement grâce à de l’air et de l’eau chauffée à 29 degrés toute l’année. S’il voit le jour, ce Center Parc, gouffre calorifère, aura des contreparties financières lourdes pour la commune et les contribuables et des impacts environnementaux et hydriques très conséquents.  

Capture-d’écran-2015-07-15-à-19.24.45.png

82 personnes sont présentes pour la conférence en plein air et 147 partagent avec nous un buffet partagé. Nous goutons le charme d’une étape en pleine nature, au bord d’un lac ombragé et n’osons pas imaginer la présence d’un center parc au sein de cette nature préservée. Une chorale entonne un chant spécialement écrit pour l’arrivée du tour, belle illustration de la possibilité de militer dans la joie ! Nous sommes hébergés au sein d’une magnifique maison et le repos est récupérateur à l’abri des vieilles pierres.  

 

Jour 39 - 13 juillet : Vélos de course ou anciens nous accompagnent sur les routes !

Nous partons de bonne heure le matin car l’étape sera longue. Après quelques tours et détours pour trouver notre chemin, le GPS étant parfois taquin et fantasque sur ses propositions d’itinéraires, nous croisons une course cycliste et nos drôles de vélos impressionnent les coureurs. Réalistes cependant, nous ne nous lançons pas dans le top départ ! Cette journée sera placée donc sous l’auspice du vélo puisque nous faisons étape à Tournus, devant le musée du vélo.

Sans titre-6

Nous sommes accueillis magistralement par le Gangbé Brass band, l’un de plus importants orchestre de cuivre d’Afrique, en repos à Tournus, en attendant de reprendre le rythme des tournées internationales. L’occasion pour nous d’esquisser quelques pas de danse et se dégourdir les jambes après des heures en selle ! Pour l’occasion, Eric est venu nous présenter ses créations de lutherie sauvage. Il recycle des déchets ou du bois usés pour les transformer en instruments de musique. Joli clin d'oeil au Gagnbé Brass band qui joue pendant ce temps-là !

Le musée du vélo nous ouvre spécialement ses portes pour l’occasion. Nous bénéficions d’une visite privée du musée par les bénévoles, ainsi que des démonstrations de drôles de vélos. Et quelle ne fut pas notre surprise de rencontrer une lointaine arrière cousine, une triplette datant de 1838 ! Nous reprenons la route et sommes suivis un temps en vélo par les bénévoles du musée hissés sur un tandem du 19ème siècle. Le vélo : un mode de transport durable qui traverse les siècles !

Sans titre-5

Judith nous accompagnera pour la fin d’une étape assez mouvementée, car nous essuyons deux crevaisons coup sur coup. Heureusement, Laurent est devenu un expert et les chambres à air sont changées en deux temps trois mouvements ! C’est l’occasion pour Judith, hollandaise, installée à Châlon sur Saône depuis une quinzaine d’année, de nous parler de l’association qu’elle a créé : Espace PAMA, une vélo école qui a pour but d’apprendre à faire du vélo au quotidien en quatre phases : se déplacer depuis chez soi au quotidien, se perfectionner, développer les sorties urbaines et garantir la «vélonomie». Après une vélorution dans les rues châlonnaises et une conférence à la maison des syndicats animées par Barth qui y prend goût, nous sommes invités à partager un pic nic par ACTE, l’Association Chalonnaise pour la Transition Énergétique, égayé par des accordéons. Nous finissons l’étape chez Judith et continuons à débattre sur les alternatives à la mobilité, les transports modes doux et l’inter-mobilité, nous avons beaucoup à apprendre de nos cousins européens hollandais !

Sans titre-7

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.