LE CONDITIONNEMENT TROMPEUR


Bouteille © Inconnu Bouteille © Inconnu

Qu'on pratique ou non quotidiennement le culte irréfléchi et globalement négatif de la positivité automatique des suites d'un vote totalement ou relativement majoritaire par rapport aux votants potentiels , il n'en est pas moins incontestable que la formulation courante, volontaire ou par maladresse coupable, « Le 29 novembre 1947 l'ONU vote le partage de la Palestine en deux états, un juif et un arabe » conditionne trompeusement les esprits vierges ou non sur ce sujet à très conséquent impact international, ne serait-ce que vu l'importance socio-économique du monde musulman. Et ce qu'on complète ou non la désinformation par « Avec l'internalisation de Jérusalem » sans préciser l'étendue territoriale de ce qui ne fut jamais fait, quoique ce soit une condition explicitée du vote « positif » de pas mal d'états d'obédience chrétienne. Alors qu'on omet très généralement d'ajouter la quatrième clause indissociable, l'union économique, qui donnait aux yeux de certains états sceptiques une apparence de rationalité à l'ensemble de ce qui n'était qu'une recommandation non prescriptive d'appliquer un plan, et pas une injonction de créer deux états. Sachant que les statuts de l'ONU ne lui permettait pas de mettre aux voix ce texte totalement irréaliste et irréalisable, en particulier pour ce qui est de la découpe en dentelles des frontières. Le « yes » de certains états ayant finalement été obtenu par pressions politiques usaméricaines ou soviétiques historiquement identifiées et d'autres par achats ou cadeaux aux épouses des délégués avec un million de dollars de l'époque fourni par la branche usaméricaine (très minoritaire dans le pays) de l'Organisation sioniste mondiale (très minoritaire dans l'ensemble de la diaspora).

 Puisque cette prise de conscience de la vérité historique n'est pas encore le fait, hélas pour les Palestiniens patriotes encore en vie, plus vite un maximum de vecteurs d'opinions et/ou de décisions seront conscients que la majorité des forces vives de leur propre pays a acquis cette prise de conscience, plus vite ils cesseront , par intérêt électoral et/ou financier de se soumettre plus ou moins discrètement aux diktats de leur lobby juif national respectif. Et plus vite le gouvernement de plus en plus à droite de ceux qui occupent la Palestine depuis plus de 66 ans n'osera plus revendiqué une pseudo légitimité et sera donc obligé de reconnaître publiquement ce dont elle est consciente depuis bien longtemps, y compris grâce aux sionistes pacifiques non racistes, c'est à dire l'indéfendabilité de sa création et de sa perdurance tant sur le plan historique, et juridique que bien « évidemment » éthique, pour autant que l'éthique soit encore une valeur planétaire respectée en 2014.

 Même plus de 66 ans après, le volé n'a pas à négocier avec son voleur mortifère et criminel à qui une opinion publique internationale majoritaire doit imposer de rendre tout ce qui reste de son vol ou de ses fruits avec des indemnités compensatoires.

 

Enfants pleurants © Inconnu Enfants pleurants © Inconnu

'

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.