AlyD
Cadre de la Fonction Publique Territoriale & Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2021

L'eau, un bien commun: une exigence écologique et sociale!

La marchandisation de l’eau et sa mainmise par des groupes privés au détriment des usagers est l’une des plus grandes injustices sociales de notre époque. Cette financiarisation de l’eau doit cesser. Un nouveau mode de gestion est possible et permettrait une tarification sociale, écologique et durable de cette ressource vitale et épuisable. Il y a urgence !

AlyD
Cadre de la Fonction Publique Territoriale & Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’EAU, UN BIEN COMMUN: UNE EXIGENCE ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE !

La marchandisation de l’eau et sa mainmise par des groupes privés au détriment des usagers est l’une des plus grandes injustices sociales de notre époque.

Depuis de nombreuses années, les collectifs citoyens n’ont cessé de s’organiser afin d’engager nombre de recours dénonçant ce monopole de gestion politico-économique.

En prévision de la journée mondiale de l’eau (lundi 22 mars 2021), La Seine-Saint-Denis au Cœur a tenu à rappeler son exigence pour la mise en œuvre d’une régie publique de l’eau et l’abrogation par les pouvoirs publics de sa financiarisation.

Les principes énoncés par le Club de Rome visant à l’émergence d’une croissance économique davantage soucieuse des enjeux environnementaux et sociaux à long termes sont hélas aujourd’hui plus que jamais menacés.

Il y a urgence ! L’eau (et son assainissement) est notre patrimoine commun. Son inscription dans la Constitution comme droit humain inaliénable est une exigence sociale et écologique que fermement nous défendons.

En Seine-Saint-Denis, cette mainmise est finement organisée et orchestrée notamment par des syndicats peu soucieux des usagers et de leurs conditions de vie. C’est la notion de profit qui est de mise et le social, lui est force est de le constater relégué au dernier plan.

L’exemple du Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF) cristallise les attentions. Fort de l’assentiment de certains édiles, élus municipaux hier et territoriaux aujourd’hui, le SEDIF qui souhaite selon ses propres termes siffler la fin de la récréation, est au fil du temps devenu le bras armé du Groupe Veolia.

Le 09 septembre dernier, l’Établissement Public Territorial (EPT) Plaine Commune a validé à la majorité de ses membres, une nouvelle adhésion au SEDIF. Un positionnement qui pour la première fois de son histoire s’est confronté à la contestation de près de 1/4 des élus du conseil de territoire.

Eau Publique Plaine Commune ayant depuis de nombreuses années alerté sur la situation et son caractère peu insoutenable socialement.

Aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent contre ce business de l’eau.

L’EPT Est Ensemble s’est donné 10 mois de réflexion supplémentaires avant une adhésion au SEDIF ou...un virage vers la création d’une régie publique de l’eau.

Le Maire communiste d’Ivry-sur-Seine Philippe Bouyssou, souhaite sortir, avec huit autres communes tous élus au Conseil de territoire Grand-Orly Seine Bièvre / Les Portes de l'Essonne, de la Délégation de Service Public (DSP) avec le SEDIF avec l’idée de faire en sorte que la gestion échappe à la notion de rentabilité.

À l’instar de métropoles comme Paris, Nice, Montpellier, Grenoble, Bordeaux Métropole, Lyon, etc, l’impératif de création de régies publiques de l’eau et son assainissement se fait de plus en plus entendre.

Le réseau France Eau publique qui regroupe les collectivités et opérateurs de la gestion publique de l’eau, se sont d’ailleurs organisés pour partager leurs connaissances et expérience jouant ainsi un grand rôle dans la diffusion des bonnes pratiques, méthodes, outils et conseils pour appuyer les entités publiques émergentes. http://france-eaupublique.fr/

Un nouveau mode de gestion est possible donc et permettrait une tarification sociale, écologique et durable de cette ressource vitale et épuisable.

Il y a urgence !

C’est pourquoi, La Seine-Saint-Denis au Cœur appelle les pouvoirs publics à un moratoire permettant l’organisation d’un référendum sur cet enjeu climatique, humain, écologique et social de la plus grande importance.

Cette financiarisation de l’eau doit cesser. Maintenant !

Demain vous appartient !

#SSDauCœur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart