ASAD: une baisse historique de sa subvention municipale ?

Lettre ouverte aux élu.e.s de La Courneuve

Élu.e.s,

C’est avec étonnement que nous apprenons que le maire de La Courneuve Gilles POUX,  et son Administration Générale prévoient une diminution sans précédent (-33%) de la subvention allouée à l’association Actions de Solidarité pour l'Autonomie Durable (ASAD).

Une note dont vous vous apprêtez à valider les contours et qui le cas échéant sera suivi d’un vote lors du Conseil Municipal du 08 avril prochain.

Une baisse historique, excessivement injuste et injustifiée tant les actions de terrain au plus près des Courneuvien.ne.s et la transparence de l’association ASAD sont connues et à disposition de tous.

Une décision politique qui indéniablement vient ici remettre en question le soutien démocratiquement engagé, désintéressé et jusque-là moralement louable de la municipalité à l’endroit des associations agissant localement.

En effet, l’association ASAD se veut depuis tous temps être une structure indépendante et partenaire de l’ensemble des institutions publiques. Cet engagement bénévole et désintéressé régulièrement salué par Gilles POUX et les élu.e.s que vous êtes ne souffre d’aucune ambiguïté.

Ce sont à ce jour des centaines de bénévoles qui ont un jour pris part aux actions déployées par l’association. Parmi ces bénévoles, certains d’entre vous.

Quelle n’a donc pas été notre surprise, sans aucune justification, d’apprendre cette volonté du Maire et de sa Direction Générale de contraindre l’association ASAD par le biais d’une baisse drastique de son financement municipal. Un soutien financier qui depuis 20 ans fut constant et demeure dans l’attente de contractualisation d’une Convention Pluriannuelle d’Objectifs (CPO). Un conventionnement dont les tenants et aboutissants vous ont été soumis en juillet dernier et pour lequel vous avez validé le principe au bénéfice notamment de l’association ASAD (cf. délibération 5 du Conseil Municipal du 02 juillet 2020).

En cette période si singulière de crise sanitaire durant laquelle avec résilience et solidarité, ASAD a été l’une des associations locales les plus mobilisées en soutien à la population locale: des distributions de colis alimentaires, de bons alimentaires, de masques confectionnés et distribués notamment au CCAS et premiers de corvée, de solutions hydroalcooliques, de tablettes numériques afin de lutter contre la fracture numérique et favoriser la continuité pédagogique, etc...sont tant d’actions engagées par l’association durant la crise sanitaire et sociale que nous traversons.

Des éléments d’activités justifiés, précisés et partagés ces dernières semaines avec l’ensemble des administrations publiques (ville et État).

À l'issue de la revue de projet du 20 janvier dernier, le responsable du service Démocratie Participative et Vie Associative déclarait: « Les précisions apportées lors de ces revues de projets nous permettent plus justement d'envisager une adéquation du soutien matériel municipal à vos besoins grandissant d'accueil de public. [...] Soyez assuré que depuis fort longtemps les agents du service DPVA sont convaincus par le projet que votre association porte et par les intentions louables envers la population courneuvienne. ».

Un bilan d’activité là aussi salué lors du rendez-vous du 04 février dernier en mairie en présence du service Vie Associative et de l’adjointe au Maire déléguée à la Vie Associative et Politique de la Ville. Une discussion résolument tournée vers l’avenir avec une certitude: un soutien inchangé de la ville au bénéfice de l’association ASAD et qui devra être renforcé par la contractualisation d’une CPO.

Dès lors, nous nous engagions vers la poursuite de nos actions et de nouveaux projets tels que le « BAFA des mamans » ou encore les formations luttant contre la fracture numérique des publics fragilisés.

Alors que reproche-t-on à ASAD ? Son engagement ? L’investissement citoyen de certains de ses bénévoles ? Sa réussite ? D’avoir acquis des moyens facilitant la mise en œuvre de ses actions et ses déplacements face à l’augmentation chronique du coût des cars par la collectivité (+62% sur le mandat précédent = 45€/heure de location de car) ? D’être soutenu et salué jusqu’au plus au niveau de l’État ? D’avoir des effectifs supérieurs à ceux des espaces jeunesses municipaux rassemblés ? D’être devenu un acteur incontournable de l’éducation dans la commune ? Son développement départemental à travers l’ouverture en janvier dernier d’une nouvelle antenne à L’Île-Saint-Denis ? Son rayonnement ?

ASAD c’est à La Courneuve 195 enfants accompagnés et tout autant de familles suivies. ASAD c’est, grâce notamment au dispositif bac-permis-bafa, 100% de réussite au baccalauréat depuis 7 années consécutives. ASAD c’est 15 enseignants de l’Éducation Nationale bénévolement engagés. ASAD c’est 15 volontaires en Service Civique. ASAD c’est 50 bénévoles. En somme ASAD c’est plus de 20 ans d’investissement dans l’intérêt des Courneuvien.ne.s.

Vous en conviendrez donc mesdames et messieurs les élus, cette situation est difficilement justifiable et regrettablement problématique.

Cela d’autant plus lorsque vous avez connaissance de nombreuses situations d’associations locales et qui pour des raisons étrangères à la crise, n’ont pas réalisé l’ensemble des activités pour lesquelles elles ont pu recevoir des fonds publics, mettant ainsi gravement en difficulté leurs bénéficiaires.

Sanctionner par le spectre des financements municipaux des enfants et des familles pour des raisons qui manifestement revêtent un caractère politique est profondément indigne des valeurs de notre ville et pour lesquels vous vous êtes portés garants.

Pour nous, responsables, militant.e.s engagé.e.s et adhérent.e.s de l’association, la priorité est et a toujours été que l’action d’ASAD soit libre, dictée par l’intérêt général et non par de quelconques intérêts politiciens. Cet engagement anime ASAD depuis plus de 20 ans. Elle continuera de favoriser le maintien du lien social, de stimuler le développement du vivre ensemble et de contribuer à la réussite scolaire et sociale du plus grand nombre, sans se soucier des considérations politiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.