Amal Bentounsi
Fondatrice du collectif « Urgence notre police assassine »
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2022

L’impunité policière est un permis de tuer. Il est urgent d’y mettre fin

Le syndicat Alliance appelle à un rassemblement ce lundi 2 mai, en soutien au policier meurtrier du Pont-Neuf. Une contre-manifestation — à la Fontaine Saint-Michel, ce jour-là — est une nécessité absolue, estiment Amal Bentounsi, et les collectifs Vérité pour Souheil, Jessica Lefevre pour Justice pour Amadou Koumé, Justice pour Lahoucine Ait omghar, Justice pour Abdoulaye Camara et Justice pour Olivio Gomes. Rendez-vous lundi 2 mai à 12h00 à la fontaine Saint-Michel à Paris.

Amal Bentounsi
Fondatrice du collectif « Urgence notre police assassine »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la nuit du 24 au 25 avril 2022, un policier a abattu sur le Pont-Neuf à Paris deux hommes et en a blessé un troisième. Pour justifier l’usage mortel de son arme, un fusil d’assaut HK G36, l’agent tireur a invoqué la légitime défense. D’après son récit, le conducteur aurait tenté de se soustraire au contrôle policier et aurait foncé vers l’un des fonctionnaires. Cette ligne de défense, nous l’avons entendue des dizaines, des centaines de fois. Le problème c’est qu’elle est souvent invérifiable et/ou mise à mal par les enquêtes, qu’elles soient menées par nos associations, des médias, ou la justice. Ce fut récemment le cas à Aulnay-sous-bois, où un homme d’une trentaine d’années au volant d’une camionnette a été abattu par des policiers dans des circonstances analogues.
Dans l’affaire du Pont-Neuf, après 48 heures de garde à vue, la justice a décidé de mettre en examen le policier-tireur pour « homicide volontaire », c’est-à-dire pour meurtre. À ce stade, elle n’a pas retenu la légitime défense. Cette décision a, sans surprise, entraîné une vague d’indignation chez les policiers, à commencer par le syndicat Alliance, que l’on sait lié à l’extrême-droite. Un de leurs objectifs assumés est de faire pression sur la justice et d’entraver son travail afin de préserver le système d’impunité dont ils bénéficient. Ces pressions ne sont pas nouvelles, elles ont toujours, mais sous des formes différentes, émaillé les procédures judiciaires ouvertes contre des policiers. Ces dernières années, elles se sont aussi exprimées dans la rue, lors de manifestations pro-police à l’instar de celle organisée par l’extrême-droite le 19 mai 2021. Rappelons qu’à l’exception notable de Mélenchon et de la FI qui ont condamné ce rassemblement factieux, les chefs de tous les partis parlementaires y ont participé et qu’une certaine gauche s’y est même invitée.
Ce qui s’est passé dans la nuit du 24 au 25 avril dans la foulée de la défaite de Le Pen face à Macron est évidemment très grave et n’est possible que par la surenchère politique quasi consensuelle en faveur d’une police, toujours plus violente, toujours plus armée, toujours plus puissante, et largement d’extrême-droite ainsi que le montrent les sondages. Que dans cette nouvelle affaire, la justice en ait hélas rabattu n’est pas dû à une erreur d’appréciation de l’acte commis par le policier sur le Pont-Neuf. Cela s’explique par le soutien à la Police par l’ensemble des partis ou à tout le moins au consentement à l’impunité policière. L’extrême-droite a beau ne pas être formellement au pouvoir, c’est sa ligne politique qui grignote du terrain dans l’Etat et influence les législateurs. Les progrès du RN et de ses satellites s’expliquent d’ailleurs aussi par ce consensus.
De fait, une loi votée à la fin du quinquennat Hollande (la loi 2017-258 du 28 février 2017 sur l’usage des armes) est une concession majeure et partant gravissime à la revendication du syndicat Alliance d’une « présomption de légitime défense », c’est-à-dire un quasi permis de tuer. En effet, à lire le texte de loi, on ne peut être que saisi d’effroi. Il est suffisamment vague quant aux justifications d’usage de leur arme par les policiers que l’on peut affirmer qu’il accède par avance à la revendication des policiers factieux lorsque ceux-ci s’écrient, lors du rassemblement du 19 mai 2021, « le problème de la police, c’est la justice ».

Cette concession est une régression majeure pour les libertés publiques et démocratiques. Elle précarise encore plus la vie même de ceux que la police a pour ennemis dans les « territoires perdus de la République » ainsi que l’énonce le consensus raciste. Elle encourage par ailleurs la Police à réclamer davantage encore de « lois » en sa faveur.
Le syndicat Alliance ne s’y est pas trompé. Non content de cracher sur la justice et sur ce qui reste de l’État de droit, il appelle à un rassemblement ce lundi 2 mai 2022, Place Saint-Michel, en soutien au policier meurtrier du Pont-Neuf et, au-delà, à tous les autres.

Répliquer, faire face à ce rassemblement ignoble qui est un énième crachat sur les victimes de crimes policiers et une remise en cause gravissime de la justice et de l'État de droit est une nécessité absolue.
Nous comptons évidemment, et en premier lieu, sur toutes les familles de victimes et toutes les organisations de l’immigration et des quartiers populaires pour faire bloc. Nous comptons au-delà sur toutes les forces politiques, syndicales, associatives éprises de justice et de liberté pour s’associer à notre appel contre l’impunité policière, pour l’indépendance de la justice et l’affirmation de l’Etat de droit dans un pays où aujourd’hui, la police fait de plus en plus sa loi sans rendre de comptes à qui que ce soit. Il va sans dire que dans ce contexte particulier, nous comptons aussi sur la France Insoumise qui, contrairement à la plupart des partis de gauche, ne s’est pas commis avec ces policiers factieux.
Il est impensable que le rassemblement policier fascisant du 2 mai 2022 demeure sans réaction.
Rendez-vous pour une contre manifestation lundi 2 mai à 12h00 à la fontaine Saint-Michel à Paris.

Amal Bentounsi, Vérité pour Souheil, Jessica Lefevre pour Justice pour Amadou Koumé, Justice pour Lahoucine Ait omghar, Justice pour Abdoulaye Camara, Justice pour Olivio Gomes.

Adresse e-mail pour d’autres signatures : Nonaupermisdetuer@hotmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie