Parc national Yasuni ( Equateur )

Un appel d’offre aura lieu en octobre 2012 pour de nouvelles explorations pétrolières sur 21 blocs en Equateur, au milieu de la forêt Amazonienne« La nature ou Pacha Mama, où se reproduit et se réalise la vie, a droit au respect intégral de son existence, au maintien et à la régénération de ses cycles vitaux, structure, fonctions et processus évolutifs » Constitution équatorienneÇa, c’est pour la théorie..Car  le 13 octobre 2011, le ministère des ressources non renouvelables et la présidence de l’Équateur ont pré-approuvé l’appel d’offres de 21 blocs dans les provinces de Pastaza et de Morona Santiago, au sud-est du pays.

Groupes indigènes de la province de Pastaza

Cet appel d’offres appelée ” onzième ronde ” affecterait 77 % de la province de Pastaza, 54 % de la province de Morona Santiago et environ 3 millions d’hectares de forêts et de territoires ancestraux Achuar, Andoa, Sapara, Kichwa, Shuar, Shiwiar et Waorani. La nouvelle ronde pétrolière affecterait un total de 2.927.513,37 d’hectares, c’est-à-dire 75,91 % des territoires indigènes.

Projet de la “XIeme ronde pétrolière” en Equateur
( En haut à droite/ légende des territoires indigènes touchés )

Les Nationalités Indigènes d’Orellana, de Pastaza et de Morona Santiago ont proposé un moratoire pétrolier à perpétuité dans leurs territoires, pour le respect de leur cosmovision, leurs droits collectifs et les droits de la nature. Il faut rappeler que les peuples indigènes ont toujours protégé les forêts et l’eau, dont ils dépendent pour survivre, dans le respect et la défense de la Nature.L’État devra rendre des comptes à la Nationalité Achuar d’Équateur (NAE), à la Nationalité Shiwiar d’Équateur (NASHIE), à la Nation Sápara d’Équateur (NASE), à la Nation Shuar d’Équateur (NASHE), au Peuple Ancestral de HUITO, au Peuple Kichwa de Sarayacu, à l’Association de Femmes Huaorani d’Équateur (AMWAE), à la Fédération Interprovinciale des Centres Shuar (FICSH), à la Confédération des Nationalités Indigènes de l’Amazonie Équatorienne (CONFENIAE), à la Confédération des Nationalités Indigènes d’Équateur (COANIE). En effet tous ces groupes ont refusé que les entreprises pétrolières étatiques et privées réalisent sur leurs territoires ancestraux des investissements, qui seraient illégaux car ils affectent les droits collectifs et les droits de la nature. Ils exigent donc l’abandon de la politique pétrolière que l’on veut mettre en application dans leurs territoires par la 11ème ronde pétrolière.Ce qu’ils ont à perdre:- 43% du Parc National Yasuni de la province de Pastaza- 3 millions d’hectares de forêt- la culture de 7 nationalités indigènes de la province de Pastaza- le potentiel touristique, agricole et écologique du centre-sud de l’amazonie- la plus grande biodiversité de la planète

En solidarité, Força e Coragem soutient la lutte du peuple d’Equateur contre ce projet !!- Source: France Amérique latine ( Roberto Narvaez, Fondation Pachamama, Equateur. Traduction : Lucía Villaruel (FAL Marseille), en service civique en Equateur )

Share this:

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.